Vous connaîtrez la vérité et la vérité vous affranchira

Bienvenue sur le blog de giscard sewaî

13
sept 2011
Posté dans Non classé par giscard sewaî à 9:23 | Pas de réponses »

Le sommaire de se chapitres :

1 – L’esprit de sainteté

2 – Le péché

3 – La sainteté

4 – La sanctification du croyant

5 – la sanctification de l’Eglise

6 – Le combat de la sanctification

7 – Le principe de la sanctification

1. L’Esprit de sainteté

Lecture : Esaïe 6.1/7

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône très élevé, et les pans de sa robe remplissaient le temple.
Des séraphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes; deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler.
Ils criaient l’un à l’autre, et disaient: Saint, saint, saint est l’Eternel des armées! toute la terre est pleine de sa gloire!
Les portes furent ébranlées dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumée.
Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées.
Mais l’un des séraphins vola vers moi, tenant à la main une pierre ardente, qu’il avait prise sur l’autel avec des pincettes.
Il en toucha ma bouche, et dit: Ceci a touché tes lèvres; ton iniquité est enlevée, et ton péché est expié.

Lorsque nous lisons des passages comme celui-ci et bien d’autres dans la Bible, nous prenons conscience de la nature de Dieu : La sainteté

La sainteté selon Dieu, revêt deux aspects :

Être séparé de

Être séparé pour

Vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir.1 Thessaloniciens 1.9

Les sacrificateurs du peuple d’Israël devaient être séparés des souillures, mis à part pour le service de Dieu

De même l’apôtre Paul écrit à Timothée :

Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée 2:21

Sous son premier aspect, la sainteté selon la pensée de Dieu, c’est être séparé du péché, de toute souillure morale et bien sûr physique.

En lisant les ordonnances de la loi de Moïse sur la pureté, nous voyons que Dieu, l’Eternel, y attache une importance fondamentale :

Vous éloignerez les enfants d’Israël de leurs impuretés, de peur qu’ils ne meurent à cause de leurs impuretés, s’ils souillent mon tabernacle qui est au milieu d’eux. Lévitique 15:31

Dans sa vision, le prophète Esaïe a vu le Seigneur sur un trône très élevé, ce qui signifie la nature de la sainteté de l’Eternel, proclamée par les séraphins qui l’entourent : Ils criaient l’un à l’autre, et disaient: Saint, saint, saint est l’Eternel des armées! toute la terre est pleine de sa gloire!

L’apôtre Jean a eu la même vision de la sainteté de Dieu :

Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis.
Celui qui était assis avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine; et le trône était environné d’un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude.
Autour du trône je vis vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leurs têtes des couronnes d’or.
Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres. Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu.
Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal. Au milieu du trône et autour du trône, il y a quatre êtres vivants remplis d’yeux devant et derrière.
Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un veau, le troisième être vivant a la face d’un homme, et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole.
Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d’yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient! Apocalypse 4:2-8

Le Seigneur rappelle à son peuple la nécessité d’être saint, c’est à dire de se séparer du péché et de ce qui est impur :

L’Eternel découvre le bras de sa sainteté, Aux yeux de toutes les nations; Et toutes les extrémités de la terre verront Le salut de notre Dieu.
Partez, partez, sortez de là! Ne touchez rien d’impur! Sortez du milieu d’elle! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l’Eternel! Esaïe 52:10,11

Nous retrouvons cette même exigence de Dieu dans la nouvelle alliance, c’est à dire pour l’Église :

Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 6.14 à 7.1

Notre Seigneur Jésus-Christ, notre Sauveur et Seigneur est lui-même un modèle de sainteté :

Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, Hébreux 7:26

Il pouvait en toute vérité dire aux pharisiens qui l’accusaient : Qui de vous me convaincra de péché? Jean 8:46

La nature de l’Esprit de Dieu c’est la sainteté.

Nous n’avons pas besoin d’observer longtemps pour découvrir que le Saint-Esprit est, comme son nom l’indique, l’Esprit de Sainteté.

Il n’a jamais manqué au Seigneur Jésus, car ce dernier s’est toujours tenu éloigné du mal, toute sa conduite a été emprunte de pureté et de sainteté.

Même lorsqu’il mangeait et buvait avec les publicains et qu’il côtoyait les gens de mauvaise vie, comme le disaient dédaigneusement les pharisiens, Jésus s’est toujours distingué par une attitude de pureté. Il aimait les pécheurs qu’Il voulait sauver, mais il haïssait le mal. C’est pour cela que Dieu l’a oint au dessus de tous.

Tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité; C’est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t’a oint D’une huile de joie au-dessus de tes égaux. Hébreux 1:9

Sous son second aspect, la sainteté c’est être mis à part pour Dieu, consacré, selon la signification du mot hébreux : kaddosh
Une des premières actions de Dieu envers nous, c’est de nous mettre à part pour Lui, c’est à dire nous sanctifier, nous séparer du péché. C’est la sanctification de l’Esprit qui est le résultat de sa présence dans le cœur de ceux que l’apôtre Pierre appelle les élus :

Ceux qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l’Esprit, afin qu’ils deviennent obéissants, et qu’ils participent à l’aspersion du sang de Jésus-Christ: 1 Pierre 1:2

C’est aussi ce qu’écrit l’apôtre Paul :

Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité. 2 Thessaloniciens 2:13

La sanctification de l’Esprit s’opère de deux façons :

En nous mettant à part dès le jour de notre conversion à Dieu, comme un peuple qui lui appartient, qui va le servir et l’honorer.

En œuvrant en nous chaque jour par sa présence, produisant son fruit dans notre vie. Romains 6:22

La sanctification c’est la volonté de Dieu pour ceux qui lui appartiennent :

Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu. 1 Thessaloniciens 4.3/5

L’apôtre Paul écrivant aux membres de l’église de Corinthe, leur rappelait la nécessité de se séparer du péché, c’est à dire de se conserver saints à cause de la présence du Saint-Esprit en eux :

Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous?
Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes. 1 Corinthiens 3.16

Fuyez l’impudicité. Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps.
Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. 1 Corinthiens 6:18-20

Le Saint-Esprit nous inspire des désirs de sainteté, selon sa propre nature et si nous sommes enfants de Dieu nous devons nous laisser conduire par l’Esprit selon ce qui est écrit :

Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.
Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père!
L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Romains 8.13/16

Voici la vérité sur le Saint-Esprit.

Ne croyons surtout pas que le Seigneur nous donnera un esprit au rabais. L’Esprit de Dieu est saint, comme le Père et comme le Fils.

Lorsque nous nous livrons au péché, nous attristons le Saint-Esprit

N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption. Éphésiens 4:30

Nous sommes des vases dans la maison de Dieu et nous devons veiller à nous conserver purs, si nous désirons être remplis du Saint-Esprit et utiles à notre Maître :

Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée 2:21

Tes témoignages sont entièrement véritables; La sainteté convient à ta maison, O Eternel! pour toute la durée des temps. Psaumes 93:5

Devant la conduite de certains, nous sommes en droit de nous demander de quel esprit ils sont animés. S’il y a un esprit au rabais qui se manifesterait avec certains hommes se livrant au péché, ce n’est pas l’Esprit de Dieu, mais un esprit séducteur et malfaisant, même s’il produit des miracles.

Les hommes de Dieu, remplis du Saint-Esprit son reconnaissables aux fruits qu’ils portent : la sainteté et la vérité, le fruit de l’Esprit de Dieu.

Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons?
Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits.
Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits.
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu.
C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Matthieu 7.16

Vous serez saints, car je suis saint dit l’Éternel notre Dieu

Dieu nous interpelle par sa Parole :

Partez, partez, sortez de là! Ne touchez rien d’impur! Sortez du milieu d’elle! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l’Éternel! Esaïe 52:11

Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée 2:21

Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 6.14 à 7.1

Nous demandons à Dieu notre Père, que le même Esprit nous remplisse, nous inspire, nous conduise et nous sanctifie, faisant de nous de véritables disciples de CHRIST notre Maître béni. Que son Nom soit glorifié.

2. Le péché

Il est important de prendre conscience de la nature, de la gravité et des conséquences du péché, si nous voulons avoir une notion plus juste de la valeur des souffrances et de la mort du Seigneur Jésus-Christ, de la grandeur de l’amour de Dieu et de la nécessité de notre sanctification. C’est la raison de cette étude : donner une meilleure connaissance d’une chose que nous devons haïr. : le péché.

Vous qui aimez l’Eternel, haïssez le mal! Il garde les âmes de ses fidèles, Il les délivre de la main des méchants. Psaumes 97:10

La définition biblique du péché se trouve dans 1 Jean 3:4, et il est intéressant de comparer plusieurs versions du texte, en commençant par la plus connue :

Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. (Segond)

Voici le même texte dans d’autres versions qui aident à mieux comprendre le véritable sens, non seulement du mot « péché », mais ce qu’il est réellement.

. Quiconque pèche s’oppose à la loi de Dieu, car le péché est la révolte contre cette loi.

. Quiconque commet le péché commet aussi l’iniquité ; car le péché, c’est l’iniquité.

. Quiconque fait le péché fait aussi le mal ; c’est le péché qui est le mal.

. Tous ceux qui commettent des péchés luttent contre Dieu. En effet, commettre des péchés, c’est lutter contre Dieu.

. Celui qui commet le péché viole la Loi de Dieu, car le péché, par définition, c’est la violation de cette Loi.

Il y a aussi une définition qui se rapporte au sens des mots hébreu (pour l’AT) et grec (pour le NT)

. hébreu : chatta’ah (khat-taw-aw’) ou chatta’th (khat-tawth’) : ce qui manque le but

. grec : hamartano (ham-ar-tan’-o :  » erreur, faux état d’esprit » ou encore : « manquer le chemin de la droiture et de l’honneur, faire le mal »

Il faut préciser ce qu’est réellement le péché par rapport à la pensée de Dieu, car je crains que l’expression « manquer le but », comme une flèche qui manque la cible, nous fasse perdre la conscience de la gravité du péché et de ses conséquences.

Nous devons situer le péché d’une part, par rapport à Dieu, à sa sainteté, à ses lois , et d’autre part, aux conséquences pour nous mêmes et pour les autres. Alors nous comprendrons la gravité du péché.

Dieu est saint et pur. Or le péché est une souillure à ses yeux, donc il nous sépare de Lui.

La loi de Dieu est une loi morale, droite et juste. Le péché enfreint cette loi, c’est une faute, un manque envers la droiture, la justice et la vérité

Enfin toute faute engendre des conséquences. Le péché détruit notre propre intégrité, mais aussi lèse les autres. Il provoque des blessures dans tous ceux qu’il atteint.

Au commencement, lorsque Dieu créa le monde et plaça Adam et Eve, dans le jardin d’Eden, ils ne connaissaient pas le péché. Puis, le diable est venu et les a séduits les entrainant dans la transgression à l’ordre divin. Genèse 3

Le premier péché de l’être humain a été la désobéissance. Cela peut nous paraître étrange qu’une « simple désobéissance » entraine de telle conséquences.

C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. Romains 5:12

Parfois on peut dire : « Oh ! Ce n’est qu’un simple mensonge ». Cependant, c’est comme cela que « le père du mensonge » a entrainé Adam et Eve à transgresser la Parole de Dieu. Le résultat a été terrible pour eux et pour toute l’humanité qui a suivi leur exemple : « La mort s’est étendue à tous les hommes, parce que tous ont péché »

Le jour où le péché est entré dans le monde tout s’est déréglé. Jusque là, le fondement sur lequel reposait l’harmonie de la création était la confiance. Le diable est venu semer dans le cœur d’Adam et Eve la défiance, par des paroles calomnieuses envers le Créateur : « Dieu a-t-il réellement dit ? » puis « Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que … » Autrement dit « Dieu vous a menti, pour préserver sa domination sur vous, il ne veut pas que vous soyez comme lui, des dieux ! » Genèse 3:1-4

Alors, le soupçon est entré dans le cœur d’Adam, à l’égard de Dieu et de Eve, sa femme. Le fondement sur lequel reposait la vie dans le jardin a été détruit. Le péché est destructeur.

En observant les dégâts causés dans le monde par le péché nous devrions être horrifiés.

. L’adultère et la fornication produisent les divorces, la destruction des familles et la souffrance de ceux qui en sont victimes, parents et enfants.

. Les relations sexuelles en dehors du mariage sont la cause de ce qu’on appelle avec pudeur : Les MST (maladies sexuellement transmissibles) et parmi elles le terrible sida.

. Ll’homosexualité amène le dérèglement et la corruption de la société. Il faut voir le comportement provocateur et immoral de ceux qui en font la promotion.

. L’usage des drogues, du tabac et autres stupéfiants est la cause de dépendances douloureuses et de nombreuses maladies.

. Les excès de l’alcool occasionnent la déchéance, la violence et de nombreux accidents.

. Le mensonge, la tricherie, la malhonnêteté, engendrent une méfiance toujours plus grande entre les gens.

. L’orgueil, l’ambition démesurée, le goût et la recherche du pouvoir, provoquent des conflits, des querelles et des guerres meurtrières.

. L’injustice, l’égoïsme, le mépris des autres, produisent la révolte et la violence

. La jalousie, la colère, la méchanceté, provoquent des drames

. La cupidité, l’avarice, l’amour de l’argent et des richesses, sont la cause de toutes sortes de maux.

Le péché comporte de nombreuses formes que la Bible dénonce sans complaisance. Voici quelques listes du Nouveau Testament, en commençant par les paroles de Jésus :

Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. Marc 7:21-23

D’autres passages sont aussi explicites, dans lesquelles il est question de passions infâmes, de choses indignes, d’abominations :

… des passions infâmes: car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature; et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement.
… livrés à leur sens réprouvé, pour commettre des choses indignes, étant remplis de toute espèce d’injustice, de méchanceté, de cupidité, de malice; pleins d’envie, de meurtre, de querelle, de ruse, de malignité; rapporteurs, médisants, impies, arrogants, hautains, fanfarons, ingénieux au mal, rebelles à leurs parents, dépourvus d’intelligence, de loyauté, d’affection naturelle, de miséricorde. Romains 1:26-31

Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu. 1 Corinthiens 6:9,10 ¶

Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Galates 5:19-21

Sache que dans les derniers jours surgiront des temps difficiles.
Car les gens seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles envers leurs parents, ingrats, sacrilèges, insensibles, implacables, médisants, sans maîtrise de soi, cruels, ennemis du bien, traîtres, emportés, aveuglés par l’orgueil, amis du plaisir plus que de Dieu ; ils garderont la forme extérieure de la piété, mais ils en renieront la puissance. Eloigne–toi de ces gens–là. 2 Timothée 3:1

Ces textes ne nous laissent aucune illusion sur l’état du cœur humain. « Les péchés » sont appelés par leur nom et clairement dénoncés. De plus, la Parole de Dieu souligne que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas le royaume de Dieu.

Quant aux lâches, aux infidèles et inconstants, aux dépravés, assassins, noceurs et adultères, aux idolâtres et adeptes des pratiques occultes, bref à tous ceux qui s’écartent de la vérité, leur part sera l’étang ardent de feu et de soufre, la seconde mort. Apocalypse 21:8

Peut-être, quelqu’un dira : « Mais n’exagérez pas, nous ne sommes pas si mauvais, tous ne sont pas abominables. »

Les Ecritures répondent sans ambigüité :

Quoi donc! sommes-nous plus excellents? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul;
Nul n’est intelligent, Nul ne cherche Dieu; Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul; … Romains 3:9-12

Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; Romains 3:23

C’est pourquoi Jésus dit : « Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également. » Luc 13:3

On entend parfois parler du péché comme d’une faiblesse morale ou la conséquence de quelques antécédents familiaux, dont les gens ne seraient pas responsables. On pourrait faire remonter jusqu’à Adam et Eve, en passant par nos parents et grands parents, à qui nous en ferions porter la responsabilité. c’est toujours facile de trouver des excuses. Mais Dieu ne nous demande pas des excuses : il attend des pécheurs qu’ils se repentent en confessant humblement leurs péchés, puis qu’ils croient à la valeur du sang de son Fils Jésus, pour en être purifiés et enfin qu’ils se convertissent en se détournant du mal.

Reconnaissons le péché pour ce qu’il est vraiment et les conséquences qu’il engendre, afin de nous en repentir sincèrement et de nous en éloigner en marchant dans la sanctification.

3. La sainteté

Lorsque nous traitons de la sainteté, il faut savoir de quoi on parle, tellement les points de vue sont nombreux et parfois divergents. Aussi je vais essayer de vous présenter cette étude en me tenant au plus près de la Bible, Parole écrite et inspirée de Dieu.

La sainteté est un concept divin. Dieu seul est entièrement et parfaitement saint. Si nous voulons savoir ce qu’est la sainteté, c’est à lui qu’il faut regarder, quoique notre connaissance est, dans ce domaine comme dans d’autres, limitée.

Dieu est saint

La sainteté de Dieu est sa qualité essentielle, fondamentale. Sa pureté absolue, immaculée, manifeste sa gloire rayonnante, éternelle.

 » Saint, saint, saint est l’Eternel… Toute la terre est pleine de sa gloire ». Esaïe 6:3; 57:15

La racine hébraïque du mot « sainteté » ou « saint » a deux sens fondamentaux. Elle peut signifier

soit « mis à part pour un usage exclusif », « séparé », « considéré comme sacré par opposition au profane »,

soit « éclat », idée liée à celle de la pureté absolue, la gloire de Dieu.

Le mot hébreux « kadosh » signifie pur, physiquement, rituellement, et surtout moralement, spirituellement.

Le Nouveau Testament emploie le terme « hagios », qui signifie aussi parfois séparé, consacré, mis à part ( Luc 2:23), mais le plus souvent « pur ». Etre saint, c’est être « sans tache, ni ride, ni rien de semblable » (Ephésiens 5:26-27). Dans 2 Corinthiens 7:1 nous lisons:

« Purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sainteté (ou sanctification) dans la crainte de Dieu. »

Dieu est dépeint comme parfaitement pur, saint et majestueux, et son peuple est appelé à reconnaître sa sainteté et ses droits souverains sur lui (Esaïe 6.3; 8.13). Un texte de l’apôtre Paul donne une idée très élevée de la sainteté de Dieu :

Il habite une lumière inaccessible, qu’aucun homme n’a vu ni ne peut voir. 1 Timothée 6:16

Nous pouvons avoir dès maintenant une notion assez précise de que signifie « être saint ». Certains pensent qu’il suffit d’être séparé, dans le sens d’être mis à part pour une tâche. comme nous l’avons vu, il s’agit de beaucoup plus que cela.

La sainteté dans son expression divine, c’est être séparé du péché, d’une manière absolue, être dans un état de pureté parfaite. Nous comprenons bien que seul Dieu atteint cette perfection de la sainteté. Cependant Il nous appelle à être saints.

Appelés à être saints

« Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint. » 1 Pierre 1:15

Dieu ne change pas.

Avec Israël dans l’Ancienne Alliance ou l’Église dans l’Alliance Nouvelle, Dieu a toujours appelé à la sainteté ceux qu’il rachète et sanctifie, qu’il met à part, pour être son peuple , car c’est le moyen de donner au monde le témoignage de ce qu’il est lui même.

Deutéronome 14:2 Car tu es un peuple saint pour l’Eternel, ton Dieu; et l’Eternel, ton Dieu, t’a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

Avec l’Église, le peuple de la Nouvelle Alliance, ceux qui ont été lavés de leurs péchés par le Sang de son fils Jésus-Christ, Dieu a la même exigence :

Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.

La réalité de la vie d’enfants de Dieu, c’est que nous annoncions les vertus de notre Père céleste et entre autres, la sainteté. Le fait d’être sous la grâce ne nous autorise pas à vivre dans la souillure du péché.

Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Romains 6:1,2

La sainteté de ceux que le Seigneur a rachetés fait l’objet de nombreuses exhortations. C’est une vertu essentielle, fondamentale, de la vie chrétienne, car elle marque d’une manière évidente notre appartenance à un Dieu saint. La sainteté démontre que le péché est une souillure.

C’est peut être aussi l’élément le moins attrayant pour ceux qui croient, car elle demande un effort constant et une véritable séparation du péché et du mal, qui sont tellement attachés à notre nature humaine. Cependant elle est la marque distinctive de ceux qui appartiennent au Seigneur.

Elle est aussi le témoignage évident d’une vie nouvelle qui provoque le rejet et la haine de la part des incrédules. Elle leur rend le témoignage que leurs œuvres sont mauvaises et c’est pour cette raison qu’ils haïssent ceux qui la pratiquent. Jésus a dit à ses disciples que le monde le haïssait parce qu’il rendait par sa conduite, le témoignage que les œuvres des hommes sont mauvaises. (Jean 7:7). II ajoute qu’il en sera de même pour ceux qui le suivent.

Je leur ai donné ta parole; et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Jean 17:14

Nous comprenons alors pourquoi elle est si difficile à vivre pour ceux qui sont appelés de Dieu, car en plus de surmonter la tendance naturelle de cotre cœur à pratiquer le péché, nous devons encore affronter l’opposition et la haine de ceux parmi lesquels nous vivons, que notre conduite condamne et exaspère. Pourtant c’est le témoignage que Dieu nous appelle à rendre :

Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite. 1 Pierre 1:15

C’est là ce qui fait la vraie différence. Les non-croyants peuvent pratiquer de bonnes œuvres. Nous avons des exemples évidents avec de personnes athées ou encore avec de nombreuses associations caritatives fondées et animées par des incrédules notoires. Mais il leur est impossible d’être saints.

Comprenez bien ce que je vous dis maintenant. Il est normal que des enfants de Dieu pratiquent la charité et se montrent secourables envers ceux qui souffrent ou sont dans le besoin, cela aussi les gens du monde le font et ce n’est donc pas ce qui marque notre différence. Il faut que nous soyons sensibles à « la charité qui s’exerce en faveur des saints » comme le fruit de l’amour fraternel, et à l’égard de ceux qui nous entourent comme la compassion de Dieu qui inspire notre cœur. C’est un comportement qui va de soi, si nous sommes enfants de Dieu. Mais ce qui fait la différence avec les inconvertis c’est la sainteté de notre conduite, la pureté de notre vie.

La sainteté est la marque des rachetés du Seigneur Jésus-Christ, du peuple de Dieu. Nous sommes appelés à être saints dans le monde, comme notre Père céleste, à l’image de Jésus notre Sauveur et selon la nature de l’Esprit de Dieu qui nous habite et nous inspire. Il est écrit que la sainteté convient à la maison de Dieu.

Tes témoignages sont entièrement véritables; La sainteté convient à ta maison, O Eternel! pour toute la durée des temps. Psaumes 93:5
Etre saint est une nécessité

C’est indispensable pour maintenir notre bonne relation, la communion avec Dieu, notre père céleste, avec Jésus, notre Seigneur et avec le Saint Esprit notre compagnon de route. Nous devons comprendre que Dieu veut un peuple saint, c’est à dire des hommes et des femmes qui rachetés par le sang de son Fils Jésus-Christ, marchent dans la sainteté.

Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.
Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres. Tite 2:11

La sainteté est le seul moyen de sanctifier la présence de Seigneur dans notre vie, selon qu’il est écrit : « Sanctifiez dans vos cœurs, Christ le Seigneur. » 1 Pierre 3:15

La seule façon de vivre la vie d’enfant de Dieu pour lui être agréable c’est de marcher dans la sainteté, c’est à dire pratiquer la justice, se conserver pur. Dieu ne peut pas accepter d’être uni avec quelque chose de souillé.

Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ.
Et nous écrivons ces choses, afin que notre joie soit parfaite.
La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres.
Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité.
Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. 1 Jean 1:3:7

En quoi consiste marcher dans la sainteté ?

Plusieurs expressions aident à le comprendre : marcher dans la lumière, marcher dans la vérité, demeurer en Christ, sanctifier le Seigneur dans nos cœurs, vivre selon l’Esprit. En fait, c’est vivre, dans le monde, notre vie de tous les jours, en se préservant des souillures du péché.

Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 7:1

C’est la condition pour maintenir une réelle communion avec le Seigneur.

C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. 2 Corinthiens 6:17

Ce passage a été parfois mal compris, interprété comme un appel à nous séparer des non-croyants dans notre vie familiale ou sociale. Il s’agit, tout en étant dans le monde, c’est à dire parmi les inconvertis, de ne pas participer à leurs péchés et de nous garder des associations ou unions dont nous ne pourrons pas maîtriser la morale.

Si nous nous souillons avec les péchés du monde nous perdons notre bonne communion avec le Seigneur et toute notre vie de prière et de foi en est altérée. Nous perdons notre paix et notre assurance devant Dieu.

Les lévites chargés d’entretenir le sanctuaire devaient se sanctifier et sanctifier la maison de Dieu :

Ecoutez-moi, Lévites! Maintenant sanctifiez-vous, sanctifiez la maison de l’Eternel, le Dieu de vos pères, et mettez ce qui est impur hors du sanctuaire. 2 Chroniques 29:5

Nous sommes le temple du Saint-Esprit, par lui Dieu demeure en nous et nous sommes appelés à être « un temple saint » :

Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.
En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur.
En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit. Ephésiens 2:20-22

Ne savez–vous pas que vous êtes le sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? 1 Corinthiens 3:16 ¶

Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes?
Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. 1 Corinthiens 6:19,20

Il y a dans la Bible, beaucoup d’autres passages qui nous exhortent à la sainteté, il n’est pas difficile de les trouver, il est plus difficile de les pratiquer.

La sainteté c’est la seule façon de vivre qui plaise à Dieu et le glorifie. Le manque de sainteté nous prive de la joie de la communion avec le Seigneur, cela attriste le Saint-Esprit et empêche Dieu de nous exaucer et d’accomplir en notre faveur tout ce qu’il voudrait.

N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellés pour le jour de la rédemption.

Je crois que la parole que l’Eternel adressait à son peuple par le prophète Ësaïe est aussi valable pour le peuple de la nouvelle alliance, l’Eglise, que nous sommes

Non, le bras du SEIGNEUR n’est pas trop court pour sauver, son oreille n’est pas trop dure pour entendre.
Ce sont vos fautes qui vous séparent de votre Dieu, ce sont vos péchés qui le détournent de vous, qui l’empêchent de vous entendre. Esaïe 59:1

Il y a deux choses essentielles pour vivre selon la pensée de Dieu :

- Lorsque nous péchons, ne restons pas dans notre souillure mais confessons nos péchés en demandant sincèrement pardon au Seigneur.

Mes enfants, je vous écris cela pour que vous ne péchiez pas. Mais si quelqu’un vient à pécher, nous avons un défenseur auprès du Père, Jésus–Christ, qui est juste.
Il est lui–même l’expiation pour nos péchés ; non pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 1 Jean 2:1

- Recherchons la sanctification, efforçons nous de vivre dans la sainteté

Fortifiez donc vos mains languissantes Et vos genoux affaiblis; et suivez avec vos pieds des voies droites, afin que ce qui est boiteux ne dévie pas, mais plutôt se raffermisse.
Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Hébreux 12:12

4. La sanctification

Voici un sujet très important, pourtant négligé et pas toujours très bien compris, que je vais m’efforcer de vous présenter selon les Écritures.

Je vais premièrement traiter de la sanctification personnelle, puis à suivre la sanctification de l’église ou dans les églises.

Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité. 1 Thessaloniciens 4:3

Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification.1 Thessaloniciens 4:7

Les apôtres donnaient à la sanctification une place importante dans leur enseignement :

Vous savez, en effet, quels préceptes nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus. 1 Thessalonic 4:2

Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint-Esprit. 1 Thessalonic 4:8

La sanctification est très importante, parce que :

. C’est la volonté de Dieu à notre égard : Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification. 1 Thessaloniciens 4.3

. Sans elle, personne ne verra le Seigneur. Hébreux 12.14

Négligée, parce que :

. nous ne sommes pas conscients de son importance

. nous la trouvons difficile à mettre en pratique

Mal comprise, parce que

. confondue avec la perfection

. pratiquée selon un concept humain.

Se sanctifier

Le mot « sanctification » donne souvent lieu à un malentendu, car nous le confondons avec la perfection ou une parfaite sainteté.

La perfection est la qualité de Dieu lui-même : Dieu est parfait dans toute sa nature. Sa sainteté, sa justice, sa bonté, sa miséricorde, sa patience, sa compassion, son amour.

Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. 1 Jean 1:5

Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d’yeux tout autour et au dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient! Apocalypse 4:8

Le sens du mot sanctifier est « mise à part pour »

Dès le début de notre conversion, Dieu nous sanctifie, nous met à part, pour être un peuple qui lui appartienne, afin que nous devenions participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise. 2 Pierre 1:4

Jésus-Christ, notre Sauveur, s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes oeuvres. Tite 2:14

C’est le premier élément de la sanctification, appelée la sanctification de l’Esprit

L’apôtre Pierre écrit à ceux qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l’Esprit, afin qu’ils deviennent obéissants, et qu’ils participent à l’aspersion du sang de Jésus-Christ. 1 Pierre 1:2

En Christ nous avons été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, après avoir cru en Lui, lorsque nous avons entendu la parole de la vérité, l’Évangile de notre salut. Éphésiens 1.13

Dieu nous met à part pour être son peuple, en nous marquant de son sceau, le sceau de l’Esprit. 2 Corinthiens 1:22

Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité. 2 Thessaloniciens 2:13

Dieu utilise deux choses pour nous séparer, nous mettre à part, c’est à dire nous sanctifier :

. Sa Parole par laquelle il nous appelle à sortir de notre ancienne vie et qui désormais sera la règle de notre vie nouvelle.

. Son Esprit qui nous régénère et marque notre esprit en changeant notre mentalité.

Nous retrouverons d’ailleurs la Parole de Dieu et le Saint-Esprit à l’œuvre, tout au long de notre vie afin de nous édifier dans le Seigneur.

Se sanctifier, c’est « se séparer pour »

C’est le deuxième élément de la sanctification :

. marcher vers l’objectif que Dieu nous fixe et que nous nous efforçons d’atteindre.

. chercher à atteindre le but que Dieu nous a fixé

Dieu dit que nous sommes ses enfants et qu’à ce titre nous devons nous sanctifier

Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 6.18 à 7.1

Et encore :

Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduit … 1 Pierre 1:15

Dieu dit : Vous serez saints, car je suis saint. 1 Pierre 1:16

La volonté de Dieu et le but de la sanctification c’est « être rendu semblables à l’image de Christ ».

Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. 2 Corinthiens 3:18

Lorsque nous sommes confrontés à la sainteté de Dieu, nous prenons conscience de notre situation, c’est à dire de ce que nous sommes réellement :

Esaïe 6:5 Alors je dis: Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées.

Job 42:5/6 Mon oreille avait entendu parler de toi; Mais maintenant mon oeil t’a vu. C’est pourquoi je me condamne et je me repens Sur la poussière et sur la cendre.

Luc 5:8 Quand il vit cela, Simon Pierre tomba aux genoux de Jésus, et dit: Seigneur, retire-toi de moi, parce que je suis un homme pécheur.

Apocalypse 1:17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant: Ne crains point! Je suis le premier et le dernier,

La conscience de la sainteté de Dieu et de notre misère, doit produire en nous, une profonde humiliation et le désir de changer : Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort ? Romains 7:24

C’est ce désir profond qui va nous amener à rechercher le moyen de devenir saints comme le Seigneur est saint

Puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu’il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint. 1 Pierre 1.15/16

Comme je l’écris plus haut, se sanctifier est l’action de se séparer, se mettre à part. Être sanctifier signifie être séparé, mis à part.

Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.
C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant.
Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 1 Corinthiens 6.14 à 7.1

Nous comprenons bien par la Parole de Dieu, que se sanctifier consiste en deux choses :

. se séparer du péché, de ce qui est mauvais et de tout ce qui peut nous entraîner au mal.

. se mettre à part pour Dieu, afin de devenir des vases d’honneur, utiles dans sa maison : Si donc quelqu’un se conserve pur, en s’abstenant de ces choses, il sera un vase d’honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. 2 Timothée 2:21

Nous remarquons aussi que la sanctification est le fait de :

- Ceux qui sont appelés à se sanctifier

- Celui qui sanctifie.

Cela veut simplement dire que malgré notre bonne volonté et tous nos efforts, nous n’y arriverons pas seuls. Il nous faut l’intervention de Dieu. 1 Thessaloniciens 5.23/24

Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ!
Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.

La sanctification, c’est un programme, le programme de Dieu pour ses enfants. C’est sa volonté. C’est à cela qu’il nous appelle.

Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité; 1 Thessaloniciens 4:3
Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. 1 Thessaloniciens 4:7

La sanctification c’est une action de tous les jours.

Les Écritures parlent de la sanctification, comme d’une œuvre en cours, à achever ou en achèvement.

Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. 2 Corinthiens 7:1

Nous ne devons pas confondre le fait d’être justifiés, pardonnés, purifiés, nés de nouveau, oints, mis à part, etc. et celui d’être saints dans le sens où le péché est complètement extirpé de notre nature. Le fait d’être nés de nouveau, ne veut pas dire que nous ne sommes plus charnels, mais que nous avons reçu une vie nouvelle qui devra croître jusqu’à parvenir à la mesure de la stature parfaite de Christ. Éphésiens 4.13

Lorsque nous naissons de nouveau, un phénomène que nous ne connaissions pas va se produire en nous : deux natures qui s’opposent et s’affrontent. Il y a une guerre entre ce qui est né de la chair et ce qui est né de l’esprit et nous sommes exhortés à faire mourir par l’esprit les œuvres de la chair.

Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Romains 8:13

C’est la notre combat de chaque jour.

Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu.
Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée.
Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché. Hébreux 12.1

Voici ce que je répondais à une personne qui me demandait des explications sur le chapitre 7 de l’épître de Paul aux Romains :

« Dans ce passage comme dans beaucoup d’autres de ses épîtres, l’apôtre emploie le « je », comme prenant à témoin sa propre expérience, parlant des choses qu’il connaît par lui-même. Il ne s’agit pas de théorie, mais de vécu. Nous pouvons considérer, que ce texte met en évidence quelque chose qui nous est commun à tous : le péché qui habite en nous, dans nos membres. Romains 7.14/25

Jacques 4:1 D’où viennent les luttes, et d’où viennent les querelles parmi vous? N’est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres?

C’est aussi ce que Jésus enseigne lorsqu’il dit :

Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. Marc 7.21/23

Dieu nous affirme que le cœur de l’homme est mauvais dès sa jeunesse. Nous pouvons donc affirmer que la nature humaine est pécheresse par nature.

Quoi donc! sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, pas même un seul. Romains 3:10 Romains 3:9

Si nous sommes honnêtes, nous le reconnaissons déjà par notre propre conscience, puis la loi nous donne une connaissance plus précise du péché, produisant en nous un sentiment de culpabilité qui doit selon la pensée de Dieu nous conduire à Christ, afin d’obtenir le pardon et la purification de nos péchés.
Lorsque nous nous convertissons notre nature pécheresse est confrontée à une autre nature que Dieu fait naître en nous : la vie de l’esprit. Nous naissons de nouveau, une vie nouvelle nous est donnée par le Saint-Esprit, lorsque nous acceptons Jésus comme Sauveur et Seigneur de nos vies. Un esprit nouveau est envoyé dans nos cœurs : l’Esprit de Christ. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ il ne lui appartient pas ! Romains 8…
C’est alors que nous allons connaître quelque chose que nous ignorions lorsque nous étions inconvertis : un conflit intérieur

Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. Galates 5.:17

Notre nature charnelle et celle de l’Esprit de Dieu s’opposent et produisent en nous un combat. C’est ce que l’apôtre met en évidence dans ce chapitre 7 de Romains.

Nous pouvons comprendre qu’il parle de sa vie présente, mais aussi de la vie de tous ceux qui sont venus au Seigneur Jésus-Christ, dont le combat contre le péché peut être intense.

Vous n’avez pas encore résisté jusqu’ au sang, en luttant contre le péché. Hébreux 12:4

Il précise aussi que ses propres forces et donc aussi les nôtres sont insuffisantes pour venir à bout de cette tendance naturelle au péché, qui est la nôtre :

Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? Romains 7:24

Puis il crie sa confiance dans le secours divin :

Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!. Romains 7:25

Notre esprit régénéré par l’Esprit de Dieu et notre nature charnelle s’affrontent, selon ce qu’écrit Paul : Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. Romains 7.25

Cependant lorsque nous appartenons au Seigneur Jésus-Christ, nous sommes sous la loi de de l’esprit de vie en Jésus-Christ qui nous affranchit de la loi du péché et de la mort, si nous laissons cette loi agir en nous, comme l’écrit encore l’apôtre, en Romains 8.

Comprenez que ce que je dis ici concerne notre sanctification.

Nous sommes sauvés par la grâce de Dieu, lorsque que nous croyons en Jésus-Christ. Étant purifiés de nos péchés par son sang nous échappons désormais à toute condamnation. Romains 8.1

Nous devons maintenant rechercher la sanctification en nous détournant du mal pour faire le bien. Nous sommes appelés à être saints, à nous sanctifier, à nous séparer du péché, car de par notre nature humaine, nous sommes constamment attirés par le mal que nous sommes appelés à surmonter.

C’est une loi nouvelle à laquelle maintenant nous nous soumettons : la loi de l’Esprit de vie qui est en Jésus-Christ, qui nous délivre de la loi du péché et de la mort. Romains 8.1/2

Nous ne pouvons pas, comme le prétendaient déjà quelques uns du temps de l’apôtre Paul, continuer de pratiquer délibérément le péché, sous prétexte que nous bénéficions de la grâce de Dieu. Romains 6.1/4

La grâce de Dieu nous enseigne la sanctification .

Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée.
Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes oeuvres. Tite 2:11-14

Lorsque nous nous convertissons, nous somme entrés dans un processus spirituel :

Le Saint-Esprit, qui vient habiter en nous, produit de nouvelles affections, de nouveaux désirs, une volonté nouvelle, pour plaire à Dieu et pratiquer ce qui est bien, en nous éloignant du mal. Lire tout le chapitre 8 de l’épitre aux Romains

Nous ne pouvons atteindre l’objectif de la sanctification qu’avec l’aide du Saint-Esprit :

Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, Romains 8:13

Faire mourir par l’Esprit, les œuvres de la chair, c’est aussi ce nous enseigne Galates 5:16

Je dis donc: Marchez selon l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair.
Une autre version dit : laissez vous conduire par l’Esprit…

Laissez vous remplir du Saint-Esprit. Éphésiens 5

Nous avons bien compris que la sanctification est à la fois l’œuvre de Dieu et la notre, dans ce sens que nous sommes appelés à nous soumettre à l’Esprit de Dieu.

Notre effort sera désormais de demeurer attachés au divin cep, le Seigneur Jésus-Christ, afin que par l’Esprit qu’il nous communique, un fruit nouveau soit produit en nous et que la nature du péché soit détruite.

C’est l’objectif de Dieu vers lequel Paul tendait. Il n’avait pas encore atteint la perfection, mais il courait vers le but.

Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’ aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l ‘avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Philippiens 3.12

Le succès de notre sanctification réside dans notre communion avec Dieu et avec Christ par le Saint-Esprit.

Trouvez le complément de cette étude dans : Opposés entre eux

5. La sanctification de l’Eglise

…Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. Éphésiens 5.25

Le Nouveau Testament, révèle dans la personne du Seigneur Jésus-Christ, le dessein de Dieu, annoncé par les prophètes de l’Ancienne Alliance, de sauver et d’amener à la perfection un peuple pour son Fils : l’Église, l’épouse de l’Agneau.

Nous comprenons que cette épouse doit être amenée à la perfection, telle que l’apôtre Jean nous la présente en Apocalypse 21.

Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux.
Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux.
Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. 21:2-4

Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux vint, et il m’adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai l’épouse, la femme de l’agneau.
Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. Son éclat était semblable à celui d’une pierre très précieuse, d’une pierre de jaspe transparente comme du cristal. 21:9-11

L’apôtre Jean a vu l’Église, telle qu’elle sera, lorsque Dieu l’aura revêtue de sa gloire.

Aujourd’hui, depuis sa création, jusqu’au moment de son enlèvement, l’Église de Christ est en construction, jusqu’à ce qu’elle soit parvenue à la perfection. Nous comprenons qu’elle ne soit pas parfaite, car composées de personnes imparfaites, mais rachetées par le sang de Jésus-Christ.

La sanctification de l’Église consiste à conduire les disciples de Christ, ceux qu’il a rachetés par son sang, vers la sainteté. Lorsque je parle de sainteté, il s’agit de celle de Dieu.

Le Seigneur accomplit cette œuvre par son Esprit et par sa Parole.

Pour mener à bien cette tache, Il établit ses serviteurs, auxquels il donne des ministères et qu’il oint du Saint-Esprit, pour édifier son Église.

Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ Éphésiens 4:11,12

Et celui qui nous affermit avec vous en Christ, et qui nous a oints, c’est Dieu, 2 Corinthiens 1:21

Ainsi, qu’on nous regarde comme des serviteurs de Christ, et des dispensateurs des mystères de Dieu.
Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle. 1 Corinthiens 4:1,2

Parmi les ministères de Christ, il y en a un qui est particulièrement adapté à la sanctification des églises, c’est celui de pasteur ou berger ou encore ancien.

Le travail spirituel des bergers qui conduisent les troupeaux, c’est à dire les églises locales, consiste à enseigner, instruire, exhorter, reprendre, par les Écritures, afin de conduire les disciples de Christ vers la sainteté.

Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice 2 Timothée 3:16

La mission des pasteurs que le Seigneur établit sur ses églises, c’est de paître le troupeau de Dieu, de veiller sur ceux dont ils ont la charge, selon qu’il est écrit :

Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Actes 20:28

Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée:
Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. 1Pierre 5:1-3

Obéissez à vos conducteurs et ayez pour eux de la déférence, car ils veillent sur vos âmes comme devant en rendre compte; qu’il en soit ainsi, afin qu’ils le fassent avec joie, et non en gémissant, ce qui ne vous serait d’aucun avantage. Hébreux 13:17

En traitant ce sujet, je m’adresse à tous les membres du corps de Christ, mais aussi particulièrement aux pasteurs, aux anciens, aux conducteurs spirituels, que le Saint-Esprit a établis. Car le Saint-Esprit « habite l’Église sur la terre », l’assistant et l’enseignant, afin de la conduire dans toute la vérité.

Une évidence ressort de la Bible : Dieu est saint, Christ est saint, le Saint-Esprit est saint, donc nous sommes appelés à être saints dans toute notre conduite.

Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, 1 Pierre 1:15
Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, 1 Pierre 2:9

Ceci est vrai pour chaque enfant de Dieu, individuellement, mais aussi pour chaque église locale et enfin pour tout le corps de Christ : l’Église dans son ensemble.

Pour ce qui est de « Son Église », Christ en prend soin et veille lui-même à la sanctifier.

En ce qui concerne « les églises », Le Seigneur attend de ceux qu’il établit sur elles, comme bergers, qu’ils soient fidèles. 1 Corinthiens 4:1,2

Le Seigneur à donné des moyens pour la sanctification de ses assemblées : l’enseignement, l’instruction, la répréhension, la discipline.

Ce sont autant de choses qui doivent être pratiquées avec douceur, miséricorde, patience, détermination et fermeté. Nous comprenons qu’il faut pour cela beaucoup de sagesse, la sagesse d’en haut.

Il y a deux écueils que nous devons éviter : l’intransigeance brutale et le laxisme sentimental. Les deux sont d’origine charnelle.

La difficulté c’est de concilier la fermeté concernant les exigences divines pour la sainteté, avec la douceur, la patience, la miséricorde, la compassion, l’amour, de Dieu.

Nous avons besoin de l’assistance du Saint-Esprit, afin d’être spirituels, selon Galates 6:1

Fermes et exigeants

Doux et patients

Miséricordieux et bons.

- L’Église dans son ensemble est le tabernacle de Dieu, son Temple.

- Chaque enfant de Dieu est un temple du Saint-Esprit

- Chaque église locale est une maison dans laquelle le Seigneur est présent.

Nous devons comprendre notre responsabilité, vis à vis de Dieu et des hommes, et en particulier la nécessité d’églises sanctifiées et purifiées, car le lieu où Dieu habite est « Un temple saint ». Éphésiens 2:21

Si nous voulons qu’Il y travaille, il doit être conservé saint.

« Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant. » 2 Corinthiens 6:14

« Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu ». 7:1

« C’est pourquoi, ceignez les reins de votre entendement, soyez sobres, et ayez une entière espérance dans la grâce qui vous sera apportée, lorsque Jésus-Christ apparaîtra ». 1 Pierre 1:13

La sanctification est donc une œuvre à maintenir, dans les assemblées locales.

Je vous ai parlé de notre sanctification personnelle, ici je vous entretiens de la sanctification de l’église locale, en tant qu’assemblée de Dieu, église de Christ, dans une ville, un quartier ou un village, qu’elle se tienne dans un local aménagé en lieu de prière et de culte ou dans une maison.

N’oublions pas que chaque église locale est un chandelier que le Seigneur place dans chaque ville, quartier, village, où elle naît et se développe. Or un chandelier doit éclairer d’une lumière pure et vive. C’est ce que sera une église qui se sanctifie.

La sanctification des églises est confiée en particulier à ceux qui ont la responsabilité de les conduire : des conducteurs, des bergers, établis par le Saint-Esprit ou du moins cela devrait être ainsi. La volonté du Seigneur des églises c’est que chacune soit gouvernée, dirigée, conduite.

Gouverner l’église.

Quelques synonymes peuvent nous aider à comprendre le sens de cette fonction : diriger, juger, conduire, présider, sont autant d’expression que l’on trouve dans les Écritures, pour qualifier ceux qui assument cette responsabilité.

Déjà nous comprenons qu’il s’agit de personnes qui devront faire preuve d’autorité. Or a une époque où l’autorité est de plus en plus contestée, même dans les églises, le problème du gouvernement de ces dernières devient aigu.

Gouverner, c’est donc conduire, diriger et c’est ce qui attaché au ministère des anciens (les pasteurs-bergers) :

1 Timothée 5:17 Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement.

1 Thessaloniciens 5:12 Nous vous prions, frères, d’avoir de la considération pour ceux qui travaillent parmi vous, qui vous dirigent dans le Seigneur, et qui vous exhortent.

Le mot grec hêgoumenoi (conducteur) apparaît

dans Actes 14:12 où Paul est présenté comme le « guide de la parole »,

dans Actes 15:22 où Jude et Silas sont nommés « des hommes, guides parmi les frères »

et surtout dans Hébreux. 13:7, 17, 24: « Laissez-vous persuader par vos guides et cédez (devant eux) -ce sont eux, en effet, qui se privent de sommeil pour (ou veillent sur) vos âmes, comme ayant à rendre compte-afin qu’ils fassent cela avec joie et non en gémissant. »

On peut rapprocher de ce terme « ceux qui vous dirigent (proïstamenous) dans le Seigneur ». 1Th 5:12

Ce même verbe se retrouve, dans 1 Timothée 3.4-5, parmi les conditions requises de l’évêque « qu’il dirige bien sa propre maison », c’est à dire sa famille.

La notion de conducteur, attribuée à ceux qui gouvernent l’église, c’est d’être un guide-conducteur, celui qui va montrer le chemin et exhorter à y marcher.

L’apôtre Paul qui donnait ses instructions à Timothée pour établir des anciens dans les églises, recommandait de choisir des hommes de bonne conduite, qui étaient capables de bien gouverner, diriger leur propre maison et qui avaient de l’expérience spirituelle.

La sanctification de l’église locale, commence par la sanctification de ses conducteurs :

Ce n’est pas que nous n’en eussions le droit, mais nous avons voulu vous donner en nous-mêmes un modèle à imiter. 2 Thessalonic 3:9

Que personne ne méprise ta jeunesse; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté. 1 Timothée 4:12

te montrant toi-même à tous égards un modèle de bonnes oeuvres, et donnant un enseignement pur, digne, Tite 2:7

Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement.
Car l’Écriture dit: Tu n’emmuselleras point le bœuf quand il foule le grain. Et l’ouvrier mérite son salaire.
Ne reçois point d’accusation contre un ancien, si ce n’est sur la déposition de deux ou trois témoins.
Ceux qui pèchent, reprends-les devant tous, afin que les autres aussi éprouvent de la crainte.
Je te conjure devant Dieu, devant Jésus-Christ, et devant les anges élus, d’observer ces choses sans prévention, et de ne rien faire par faveur. 1 Timothée 5:17-21

Voici le critère qui doit présider à la nomination d’un conducteur dans l’église locale :

Cette parole est certaine: Si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une oeuvre excellente.

Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement.
Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé.
Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Eglise de Dieu?
Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable.
Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre et dans les pièges du diable. 1 Timothée 3:1-7

Trop souvent des personnes sont choisies et établies sur les églises sans tenir compte de cet impératif : Il faut. Après cela on s’étonne qu’il y a des problèmes.

Je remarque aussi que trop souvent « le pasteur » est un homme seul. soit qu’il a choisi d’être « le chef » le seul responsable, soit que la tradition le veuille ainsi, soit encore que les circonstances ont fait que…

Dans les églises qu’il organisait, l’apôtre Paul ordonne à Tite d’établir des anciens dans chaque ville. Tite 1:5

Jésus envoyait ses disciples deux à deux

Nous voyons que les apôtres et les prophètes du N.T, étaient toujours en équipe, soit de deux et souvent plus. C’est la sagesse même

Deux valent mieux qu’un, parce qu’ils retirent un bon salaire de leur travail.Car, s’ils tombent, l’un relève son compagnon; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever! Ecclésiaste 4:9/10

Et si quelqu’un est plus fort qu’un seul, les deux peuvent lui résister; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. Ecclésiaste 4:12

Lorsque nous respectons les modèles des Écritures, nous construisons des églises dirigées par plusieurs anciens qui partagent ensemble les taches, qui s’encouragent et même se reprennent mutuellement.

La sanctification de l’église, concerne chaque membre de l’assemblée

Nous devons comprendre que nous sommes dépendant les uns des autres et cela concerne la qualité de la communion fraternelle et la santé de l’église :

Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. 1 Corinthiens 12:26

Je reviens à ce que l’apôtre Paul écrivait aux membres de l’église de Corinthe, au chapitre 5:1-13 de la première épitre :

On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité, et une impudicité telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père.
Et vous êtes enflés d’orgueil! Et vous n’avez pas été plutôt dans l’affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous!
Pour moi, absent de corps, mais présent d’esprit, j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, celui qui a commis un tel acte.
Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, qu’un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus.
C’est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte?
Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.
Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité.
Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, non pas d’une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres; autrement, il vous faudrait sortir du monde.
Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme.
Qu’ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N’est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger?
Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Ôtez le méchant du milieu de vous.

Nous l’avons bien compris, il s’agit de ne pas accepter le péché dans l’église, ainsi que toute personne qui refuse d’être reprise et persiste dans son péché.

Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. Verset 11

Ici, les péchés de certaines personnes sont précisés : impudique, cupide, idolâtre, outrageux, ivrogne, voleur.

Lisons encore :

Ne savez-vous pas que ceux qui méprisent les commandements de Dieu et lèsent les droits d’autrui n’entreront point dans le Royaume de Dieu? Ne vous faites pas d’illusions à ce sujet; il n’y aura point de part dans l’héritage de ce royaume pour les immoraux, les idolâtres, les adultères ou les pervers: débauchés, sensuels, homosexuels… 1 Corinthiens 6:9

Sachant bien que la loi n’est pas faite pour le juste, mais pour les méchants et les rebelles, les impies et les pécheurs, les irréligieux et les profanes, les parricides, les meurtriers, pour les débauchés, les pervers, les homosexuels, les marchands d’esclaves, les menteurs, les gens sans parole et, d’une manière générale, elle est là pour s’opposer à tout comportement contraire au bon ordre et à la doctrine menant au salut. 1 Timothée 1:9

Voici des textes qui ont le mérite d’être clairs et qui précisent l’attitude spirituelle et scripturaire à l’égard des choses qui y sont nommées et de ceux qui les pratiquent.

Le Saint-Esprit et les Écritures nous éclairent et nous mettent en garde contre toutes ces choses.

Nous remarquons aussi le souci de la bonne tenue de l’église concernant la paix, le comportement respectueux les uns envers les autres, la considération, la soumission à l’enseignement des Écritures, l’exigence d’une bonne conduite, l’exhortation à la sainteté et à la charité.

Nous y trouvons une discipline certaine par la répréhension charitable à l’égard de ceux qui se conduisent mal, quelque soit leur rang dans les églises.

Parfois des mesures sévères doivent prises envers les irréductibles, les diviseurs, les fauteurs de troubles et autres propagandistes de faux enseignements. Tite 3.19 – Romains 16.17 – 2 Thessaloniciens 3.6,14 – 2 Timothée 3.1/5

Le corps de Christ a besoin d’être en bonne santé et il est important de ne tolérer en son sein aucune source de maladie spirituelle.

Il y a un élément sur lequel nous devrions être des plus vigilants, c’est celui de la moralité des membres du corps de Christ qui participent à la Sainte Cène, tout en faisant preuve de charité, de patience, de douceur, de support mutuel, d’amour fraternel.

L’Église du Christ est en construction

Seul le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent. C’est ceux là qui participeront à l’enlèvement final et c’est cette foule de personnes de toute nation, toute tribu, tout peuple, toute langue, qui formera l’Église glorieuse de Christ.

« Après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’agneau, revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains. Et ils criaient d’une voix forte, en disant:
Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l’Agneau ». Apocalypse. 7:9

« Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore.
Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre.
Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.
Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville!
Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge!
Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les Églises. Je suis le rejeton et la postérité de David, l’étoile brillante du matin.
Et l’Esprit et l’épouse disent: Viens. Et que celui qui entend dise: Viens. Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement.
Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.
Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus!
Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous! » Apocalypse 22:11-21

6.Le combat de la sanctification

Opposés entre eux. Galates 5.17

Lorsque nous parlons de la sanctification, il ne faut pas oublier qu’elle intervient au niveau de deux natures qui s’opposent en nous : notre ancienne nature, appelées le vieil homme, influencée par des désirs charnels et notre nouvelle nature, l’homme nouveau créé selon Dieu, qui se développe en nous par le Saint-Esprit. Ce chapître se situe dans le cadre de la réflexion sur la sanctification, dont nous avons vu l’importance.

Notre problème c’est que nous ne savons pas toujours comment vivre cette sanctification victorieusement et nous sommes souvent frustrés et attristés par nos échecs.

Il faut apprendre à vivre la sanctification, en connaître les principes actifs et efficaces.

La Bible nous dit que le manque de connaissance est préjudiciable,

Osée 4:6 Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance.

Le prophète Esaïe dit encore

Nous tâtonnons comme des aveugles le long d’un mur, Nous tâtonnons comme ceux qui n’ont point d’yeux; Nous chancelons à midi comme de nuit, Au milieu de l’abondance nous ressemblons à des morts. Esaïe 59:10

L’apôtre Paul écrit :

C’est pourquoi, moi, je cours, mais pas au hasard. Je suis comme un boxeur, mais je ne donne pas de coups dans le vide. 1 Corinthiens 9:26 (Version Bible Parole de Vie)

Nous avons besoin d’acquérir la connaissance de la pratique de la vie chrétienne. C’est pourquoi je me propose de vous donner cet enseignement :

Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit. Galates 5:25

Si la vie éternelle que communique l’Esprit de Dieu nous est donnée par grâce lorsque nous recevons Christ, marcher cela s’apprend car le chemin est semé d’embûches et truffé de pièges.

Dès le début de notre vie d’enfants de Dieu nous allons entrer dans un conflit :

Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez. Galates 5.17

Si nous sommes attentifs à l’enseignement particulier de l’apôtre Paul au sujet de la dualité qui existe dans la vie d’un enfant de Dieu, nous discernons ces deux natures qui s’opposent :

La chair, notre nature charnelle, encore appelée le vieil homme.

l’esprit régénéré, l’homme nouveau créé selon Dieu.

Une lutte est engagée :

Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Romains 7.21

L’apôtre était lucide et discernait exactement ce qui se passait en lui :

je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon intelligence et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. Romains 7:23

Ainsi donc, moi-même, je suis par l’intelligence esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. Romains 7.25

Paul parle de la loi comprise et acceptée, par une intelligence régénérée par l’Esprit de Dieu (intelligence = entendement).

Avant notre conversion,

notre esprit était mort par nos offenses et par nos péchés. (Éphésiens 2.1)

notre intelligence était obscurcie, nous étions étrangers à la vie de Dieu, en sorte que nos vivions selon les convoitises de notre chair, accomplissant les volontés de la chair et de nos pensées. Éphésiens 2.3

Mais lorsque Dieu dans sa grâce nous a rendus à la vie, une lumière est venue éclairer notre esprit en sorte que notre vision des choses de Dieu est devenue claire.

Cette lumière est la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Jean 1:9

C’est ce qu’enseigne Jésus :

Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. Jean 8:12

Si nous lisons attentivement ce qu’écrit l’apôtre Paul, la nature nouvelle que Dieu crée en nous par son Esprit, se heurte à une autre nature : la chair, c’est à dire notre nature humaine et cela va générer un conflit, car la vie qui vient de Dieu, qui comprend la pensée de Dieu, ses sentiments, sa nature pure, sainte, juste et bonne, rencontre notre nature charnelle, la chair avec ses passions et ses désirs :

Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu. Galates 5.19

Par cette description, nous apprenons que l’expression « la chair » recouvre

des passions qui ont trait à notre corps : l’impudicité, l’impureté, l’inconduite, l’ivrognerie, les excès de tables et d’autres choses semblables.

mais aussi ce qui concerne notre âme, nos sentiments : les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie

également ce qui touche à l’esprit : l’incrédulité, l’idolâtrie, la magie, l’occultisme …

Ces choses se trouvent en nous, comme l’enseigne le Seigneur Jésus-Christ :’

Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie.
Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. Marc 7.21/23

C’est notre nature pécheresse, qui est en opposition avec la nature de l’Esprit de Dieu, qui lui produit des choses bonnes et saintes :

Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance. Galates 5:22

Lorsque nous nous convertissons, la première transformation se produit au niveau de ce que nous affectionnons :

Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit. Romains 8:5

Si nous sommes réellement devenus « enfants de Dieu » et que l’Esprit de Dieu habite en nous ce changement doit être évident, nous vivons différemment :

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 2 Corinthiens 5:17

Nus ne vivez plus selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en nous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Romains 8:9

Ce qui ne veut pas dire que le problème sera définitivement et totalement résolu, et qu’il n’y aura plus en nous de conflit.

Je vous ai dit, un plus haut, que l’apôtre Paul était lucide et voyait clair en lui, tout simplement parce que son intelligence éclairée par l’Esprit et la Parole du Seigneur, discernait la véritable personnalité de sa nature charnelle.

Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi.
Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!… Romains 7.21/34

C’est pour cela que, désespéré de cette nature, il n’a trouvé aucune autre solution que de la faire mourir.

J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. Galates 2:20

Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Galates 5:24

Si nous voulons entrer dans une vie chrétienne victorieuse, il faut nous aussi reconnaître et accepter que nous ne sommes pas naturellement bon et que notre nature pécheresse doit disparaître pour laisser la place à une nouvelle nature.

Si quelqu’un est en Christ, il est « une nouvelle créature » !

Il s’agit donc que l’homme nouveau créé en nous par Dieu grandisse et remplace le vieil homme qui se corrompt par les convoitises et les mauvais désirs de la chair. C’est pourquoi, il faut le faire mourir, crucifier la chair. C’est une opération spirituelle, dont j’ai déjà parlé dans une autre étude

Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.
Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Romains 8.12/14

Nous avons vu, que lorsque nous devenons ses enfants, Dieu envoie dans nos cœurs l’Esprit de son Fils

Et parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils, lequel crie: Abba! Père! Galates 4:6

Nous avons donc reçu l’Esprit de Christ, qui apporte avec lui sa loi, une loi de justice, la loi de Christ, qu’il va écrire dans notre esprit et dans laquelle il va nous conduire.

Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. Hébreux 8:10

Nous l’avons compris, le Saint-Esprit, qui habite désormais en nous, va nous inspirer de nouveaux sentiments, de nouveaux désirs, de nouvelles affections, de nouveaux choix, une nouvelle manière de vivre, une nouvelle nature : la nature divine, la nature de Christ.

Nous aurons alors à nous laisser conduire par l’Esprit de Christ, accepter de lui obéir, c’est la condition :

Afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit. Romains 8:4 …

Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Romains 8:14

Puisque l’Esprit est la source de notre vie, laissons- le aussi diriger notre conduite. Galates 5:25 (version Bible du Semeur)

Je vous dis donc ceci: laissez le Saint-Esprit diriger votre vie, et vous n’obéirez pas aux désirs qui animent l’homme livré à lui-même. Galates 5:16

Voici des textes qui sont très explicites et qui nous enseignent concernant la part de responsabilité qui est la notre en ce qui concerne la vie de l’Esprit qui doit prendre la pas sur la chair, car si nous voulons que notre marche avec l’Esprit ne soit pas entravée, il va falloir se dépouiller de la vieille nature.

Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées.
Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur.
Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité.

Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits. Éphésiens 4.17/24

à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

Ce passage est important pour notre sanctification, car il montre une situation d’opposition radicale entre l’ancienne manière de vivre et notre nouvelle situation en Christ.

Vous ne devez plus marchez comme les païens …

Vous avez appris Christ, autrement dit vous connaissez Christ.

La Parole de Christ, dans le texte ci-dessus, dit que « En Jésus Christ nous sommes ou devrions être instruits de plusieurs choses indispensables pour plaire à Dieu » :

1. nous dépouiller, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses.

Nous trouvons différentes expressions qui peuvent nous aider à comprendre comment nous pouvons nous dépouiller, ôter le vieux vêtement, la nature charnelle.

Se séparer :

2 Corinthiens 6:17 C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.

renoncer :

Colossiens 3:8 Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l’animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. – Tite 2:12 Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines,

s’abstenir :

1 Thessaloniciens 5:22 abstenez-vous de toute espèce de mal.

se détourner :

Zacharie 1:4 Ne soyez pas comme vos pères, auxquels s’adressaient les premiers prophètes, en disant: Ainsi parle l’Éternel des armées: Détournez-vous de vos mauvaises voies, de vos mauvaises actions!

rejeter :

Ézéchiel 18:31 Rejetez loin de vous toutes les transgressions par lesquelles vous avez péché; faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau. Pourquoi mourriez-vous, maison d’Israël ?

Ces différentes expressions désignent toutes un changement de mentalité et de comportement. Cela demande une décision volontaire et nécessite un effort de notre part.

Paul dit « Je traite durement mon corps et je le tiens assujetti. »

2. être renouvelés dans l’esprit de notre intelligence,

Ici il s’agit de renouveler chaque jour notre communion avec le Seigneur, comme ranimer un feu, rallumer une lampe, boire à nouveau, remplir un récipient qui s’est vidé, etc.

Il s’agit de ranimer un don reçu de Dieu. 2 Timothée 1:6

Renouveler une provision, une plénitude.

Jean 1:16 Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce;

Éphésiens 3:19 en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.

Éphésiens 5:18 Soyez, au contraire, remplis de l’Esprit;

3. revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité.

Cette nouvelle expression désigne une action de foi, comme se revêtir d’un vêtement. Il est question de se revêtir du Seigneur Jésus-Christ, de s’envelopper de sa justice comme d’un manteau, de revêtir ses sentiments, de se revêtir d’humilité, etc…

Romains 13:14 Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises.
Éphésiens 6:11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.
Colossiens 3:12 Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience.
Colossiens 3:14 Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection.
1 Pierre 5:5 Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles.

Nous pouvons le constater, c’est un programme spirituel qui nous engage à persévérer chaque jour dans ce qui est spirituel, dans le chemin où l’Esprit Saint nous conduit.

l’homme nouveau, se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé. Colossiens 3:10

Nous l’avons vu, l’Esprit Saint qui habite en nous, est là pour opérer, accomplir, l’œuvre de Dieu.

créer en nous de nouvelles aspirations, de nouvelles affections, de nouveaux désirs.

nous inspirer des bonnes dispositions à l’égard de la loi de Christ

nous éclairer, nous faire comprendre et discerner ce qui plait à Dieu

inspirer à notre cœur de bons sentiments, de miséricorde, de patience, d’amour, de bonté, de compassion, etc.

faire croître en nous la nature de Christ, l’homme nouveau qui se renouvelle chaque jour, par notre communion avec Christ.

nous fortifier puissamment dans notre être intérieur afin que nous soyons capables d’être victorieux dans notre combat.

7. Le principe de la sanctification

La sanctification fait l’objet d’un effort permanent, elle demande une persévérance de chaque jour, elle durera tant que nous serons dans notre corps terrestre, c’est pour cela que nous devons saisir le principe de la vraie sanctification, celle qui est spirituelle.

N’oublions pas que la sainteté, qui est le but de la sanctification est « un fruit »

Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Romains 6:22

Pour produire le fruit de la sainteté, il faut demeurer en Jésus-Christ, car comme nous allons le voir, notre sanctification dépend de notre communion avec Christ, le Seigneur. Jésus-Christ a été fait pour nous sanctification, dit autrement : Il est notre sanctification. Dieu a choisi son fils pour nous sanctifier.

Or, c’est par lui que vous êtes en Jésus-Christ, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.

Jésus dit qu’il se sanctifie pour nous.

Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité. Jean 17:19

En se sanctifiant pour nous Jésus est devenu « Celui qui sanctifie ».

Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous issus d’un seul. C’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler frères, Hébreux 2:11

Comprenons bien la réalité de la relation de Christ avec nous : Il nous appelle « ses frères », c’est à dire ceux qui ont le même Père, qui sont de la même famille que Lui, ceux qu’il va amener à partager « sa vie »

La sanctification repose sur deux éléments essentiels :

Elle est l’œuvre que Dieu opère en nous, selon ce qui est écrit : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! » 1 Thessaloniciens 5:23

Elle dépend de notre ardeur à la désirer et à la rechercher : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. » Marc 12:30

C’est notre désir ardent, notre soif de sainteté et de pureté qui nous conduira à nous attacher au Seigneur, comme Barnabas exhortait les nouveaux disciples d’Antioche :

Lorsqu’il fut arrivé, et qu’il eut vu la grâce de Dieu, il s’en réjouit, et il les exhorta tous à rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur. Actes 11:23

C’est ce que nous enseigne Jésus lui-même, en parlant de la nécessité de demeurer attaché à lui pour porter du fruit.

Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. Jean 15:4,5

Le cep et les sarment

Dans son enseignement le Seigneur nous explique quelles sont les conditions à remplir pour atteindre l’objectif qu’il nous fixe : porter du fruit et glorifier Dieu. Par cette parabole il nous fait comprendre la nature de notre relation avec lui. Il nous enseigne que la qualité et l’efficacité de notre vie d’enfant de Dieu, ainsi que l’exaucement de nos prières, dépendent de la qualité de cette relation.

Le sarment est par nature attaché, uni, au cep dont il dépend. Jésus utilise cette image pour préciser la nature de notre relation avec lui : une véritable union. La qualité de notre vie chrétienne dépend de notre union avec Jésus-Christ, le cep de Dieu. Étant dépendants de Christ, nous ne pouvons porter de fruit sans LUI. Jean 15.5

Le sarment fait partie intégrante du cep, il naît de lui et se développe en lui. Il est de la même nature.

Lorsque nous devenons enfants de Dieu, nous devenons une même plante avec le Seigneur Jésus-Christ…Nous sommes greffés en lui, c’est une œuvre spirituelle. C’est ce que nous comprenons du passage de l’épître aux Romains 6. 4/5 (version Parole vivante d’A.Kuen)

Par le baptême, nous avons donc été ensevelis avec lui afin de partager sa mort. Tout ce que nous étions autrefois est à présent mort et enterré. Et pourquoi cela? Vous savez que le Christ a été ressuscité d’entre les morts par la puissance glorieuse du Père: nous aussi, nous avons reçu une nouvelle vie et nous sommes appelés à mener notre existence sur un plan nouveau.

Car nous sommes devenus un seul et même être avec lui. Nous lui avons été incorporés-comme le greffon à son porte- greffe. Si donc nous avons été implantés en sa mort pour mourir avec lui, nous le serons aussi en sa résurrection pour revivre comme lui.

Comme le sarment est naturellement uni au cep dont il fait partie, nous sommes spirituellement unis à Christ, afin de vivre de lui, de sa vie. C’est l’œuvre de Dieu en réponse à notre foi en Christ :

A tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle(la Parole) a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. Jean 1. 12/13

L’union du sarment au cep est naturelle, elle ne dépend pas du sarment. Mais en ce qui nous concerne, notre communion avec Christ dépend en partie de nous. Nous avons à nous attacher à lui et à demeurer en lui, selon l’instruction du Seigneur :

« Demeurez en communion avec moi, je resterai uni à vous et j’agirai en vous »

Il y a donc au départ une décision de notre part en réponse à l’appel de Christ. Nous devons vouloir porter du fruit. C’est la première condition.

Il y a des personnes qui se contentent d’être sauvées, leur objectif se limite au salut de leur âme et c’est déjà une bonne chose, mais l’évangile ne nous propose pas seulement une assurance tous risques pour la vie éternelle.

Les enseignements du Seigneur sont clairs :

Vivre une vie qui l’honore et glorifie notre Père céleste.

Lui rendre témoignage. Actes 1.8 –

Faire des disciples. Matthieu 28.19

Servir Dieu et attendre le retour du Seigneur. 1 Thess. 1.9

L’objectif du Père, pour ceux qui ont cru en son Fils, c’est qu’ils portent beaucoup de fruit et qu’ils en portent toujours plus ! C’est la volonté de Dieu pour ses enfants, la pensée de Jésus pour ses rachetés et le désir de l’Esprit. La situation normale d’un vrai disciple. Jean 15.1,8

Je vous ai dit plus haut, que la sainteté est le fruit de notre nouvelle vie en Jésus-Christ, selon ce qui est écrit :

Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Romains 6:22

Rappelons nous encore cette parole qui nus précise la volonté de Dieu à cet égard :

Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification. 1 Thessaloniciens 4:3

Voici donc quelques instructions pratiques pour être un disciple accompli du Seigneur Jésus-Christ, en marchant dans la sanctification :

a) l’appartenance.

Comme le sarment appartient au cep, les rachetés de l’Agneau lui appartiennent.

Ce n’est pas systématique. Cela demande notre accord, une décision personnelle :

« Donnez vous vous-mêmes à Dieu ». Romains 6.13 – 1 Cor. 6.20 – 2 Cor. 5.15

b) la dépendance. Sans lui nous ne pouvons rien faire. Jean 15.5

Nos seuls efforts ne sont pas suffisants, nous devons compter sur Jésus, nous appuyer sur lui, nous confier en lui, rechercher la force en lui, car la notre n’est que faiblesse. Le Seigneur seul peut nous communiquer la force dont nous avons besoin.

c) sa présence. Jean 15.4

L’apôtre Paul affirme : Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. Galates 2.20

Et si Christ est en nous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Romains 8:10

Par son Esprit, Christ vient demeurer en moi, dans mes pensées, mes sentiments, mon vouloir… Romains 8.9/10 – Ephésiens 3.14/17

Par sa Parole habitant abondamment en moi, Jésus éclaire et inspire ma vie– Colossiens 3.16 – Hébreux 4.12

d) l’attachement.

Jean 15.4 Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.

« Comme le sarment est attaché au cep ». Il y a un lien intime et personnel entre le cep et chacun des sarments qu’il porte.

Jésus précise que ce lien c’est un amour réciproque., il dit

« si quelqu’un m’aime…mon Père l’aimera…nous viendront habiter chez lui. » Jean 14.23

Il y a dans l’amour deux éléments qui dépendent l’un de l’autre :

1) un lien affectif : Il nous aime, nous l’aimons

2) un choix personnel : nous voulons

L’attachement au Seigneur est le fait à la fois de nos sentiments d’amour pour lui et de notre volonté.

Nous pouvons traduire l’attachement par « la fidélité ». Cela donne une dimension d’exclusivité et de durée dans le temps : demeurer attachés au Seigneur chaque jour que nous vivons.

Enfin, nous pouvons définir ces quatre éléments :

l’appartenance, la dépendance, sa présence et l’attachement, par un seul mot : la communion, être uni à Christ, un avec lui.

Il dit de sa situation avec son Père : Moi et le Père nous sommes un.

Cela signifie : même pensée, même sentiment, même volonté, même but, même projet…Lui en nous et nous en lui : une même âme, un même cœur, une même vie, une même plante …

Nous découvrons que le Père veut que tout ce qui vient de Lui nous soit communiqué par son Fils Jésus-Christ !

En fait tout ce qui nous vient du Père nous est donné par et en son Fils Jésus-Christ et ce qui est à Jésus nous est donné par le Saint-Esprit. Jean 16.14

Nous devons savoir que tout le fruit d’une vie de disciple de Christ, ne peut être que le résultat de notre communion personnelle avec le Seigneur lui-même.

Si nous nous détachons de Christ, le cep, nous nous mettons en dehors de sa communion. Nous devenons un sarment coupé, séparé du cep, qui se dessèche et que l’on brûle.

L’union constante avec Christ, le cep de vigne, est essentielle pour porter du fruit, produire la nature sainte, pure, aimante et juste de Celui à qui nous sommes attachés et unis. Le Père interviendra alors pour émonder, couper, tout ce qui va nuire au développement de ce fruit.

13
sept 2011
Posté dans Non classé par giscard sewaî à 9:15 | Pas de réponses »

Ezéchiel 18 :26-28 « Si le juste abandonne la droiture et se met à faire le mal et s’il meurt pour cela, c’est bien à cause du mal qu’il a commis qu’il perd la vie. Et si le méchant renonce à pratiquer le mal et agit avec droiture selon la justice, il sauvera sa vie. S’il considère tous les péchés qu’il a commis et s’en détourne, il vivra, il ne mourra pas. »

Même converti, nous ne sommes pas à l’abri d’être exclu de la vie éternelle avec Dieu. Prendre, un jour, la décision primordiale de donner sa vie au Christ n’est pas un billet valide à vie quoi que l’on fasse. La conversion doit être suivie d’un chemin qu’on pourrait qualifier de pénitence, où notre nature humaine dont la tendance est à pécher contre Dieu doit petit à petit s’effacer pour acquérir une nature spirituelle de manière à se conformer toujours plus aux lois de Dieu.

Ce chemin est la sanctification. Il nécessite des efforts sans relâches pour combattre en nous, avec l’aide du St Esprit, ce qui déplaît à Dieu et nous mène au péché.
Qu’est-ce que la sanctification ?

C’est vivre mis à part pour Dieu. C’est vivre par le St Esprit et pour glorifier Dieu.
C’est s’approcher de la sainteté, c’est à dire l’obéissance à Dieu dans TOUS ses commandements. Seul Jésus y est parvenu, il est donc le meilleur exemple que l’on puisse viser.

Les termes utilisés par l’hébreu (qodesh), le grec (hagios) et le latin (sanctus) peuvent aussi désigner des lieux, des jours ou des objets de culte. Notre vie doit, par analogie, être sainte à tous les points de vues :

notre être doit être le temple du St Esprit
chaque instant de nos journées doit être vécu en cherchant à obéir à Dieu
notre vie doit être un outil pour la glorification de Dieu.

Pourquoi suivre cette voie?

Si on vit de manière sainte, en se gardant autant que possible de déplaire à Dieu, Il pourra se servir de nous pour toucher beaucoup de personnes. Sinon, nous resterons léthargiques, ou sans fruit malgré peut-être des efforts importants pour témoigner et parler de Jésus autour de nous.
He 12.14 (version Louis Segond) : Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur
He 12.14 (Version Français courant) : Efforcez-vous d’être en paix avec tout le monde et de mener une vie sainte; car, sans cela, aucun de vous ne pourra voir le Seigneur.
Mat 5.8 : Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu!

On aura beau être converti et participer à toutes les réunions que l’on veut, ce n’est pas pour autant que l’on partira avec Jésus !

L’exemple des pharisiens nous montre à quel point on peut se croire proche de la vérité sans l’être du tout.
Matthieu 7:21 : Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
Matthieu 7:23 : Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité.
Il faut s’imaginer les gravités de ces paroles.

On pourra avec beaucoup de conviction participer activement à la vie de l’église et prendre du temps pour prier chaque jour et lire la Bible, on n’est pas sûr d’aller au ciel ! Cela vient de l’état d’esprit dans lequel on le fait et de la compréhension que l’on a de la vie avec Christ.

Jos 7 :13 « Lève-toi, sanctifie le peuple. Tu diras: Sanctifiez-vous pour demain; car ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël: Il y a de l’interdit au milieu de toi, Israël; tu ne pourras résister à tes ennemis, jusqu’à ce que vous ayez ôté l’interdit du milieu de vous. »
Le péché nous empêche d’être saints. Dieu ne peut pas nous accorder la victoire si des péchés subsistent dans notre vie et font obstacle à son œuvre en nous. Et on ne peut pas juger que l’on ne fait que des petits péchés pas trop graves dont on ne se rend même pas compte car même le plus petit péché freine la bénédiction et l’aide de Dieu.
Dans ce chapitre de Josué, tout le peule hébreu, a perdu une bataille contre le roi Aï, dont l’armée était peu nombreuse et facile à battre, uniquement parce qu’une seule personne, Akân, avait gardé un peu d’or du butin de la dernière bataille alors que ce n’était pas permis.
Akân et toute sa famille furent lapidés, ses bien brûlés. Et le peuple hébreu a gagné la bataille contre Aï juste après, car Dieu a montré comment il fallait faire.

Nos péché peuvent nous paraître insignifiants et sans conséquence sur notre santé spirituelle, mais en fait ils sont destructeurs et il n’y a que par le feu de la purification que l’on peut s’en sortir, c’est l’action de Dieu en nous.

La sanctification c’est entre autre laisser agir Dieu en nous.

Sans la sanctification, on ne pourra pas voir Dieu. La Bible nous demande de vivre une vie sainte.
Qu’est-ce que la sainteté ?

Dans l’AT on voit ce qu’est la sainteté au travers des protocoles religieux. C’est la consécration.

Les ustensiles utilisés dans le tabernacle puis le temple, le sabbat qui est un jour saint car consacré à Dieu, les animaux pour les sacrifices ne sont jamais tués sans être consacrés, les personnes aussi doivent être consacrées à Dieu pour devenir saintes et être ainsi acceptées par Dieu.
Jos 5.19 : « Tout l’argent et tout l’or, tous les objets d’airain et de fer, seront consacrés à l’Eternel  »

Le 27.14 « Si quelqu’un sanctifie sa maison en la consacrant à l’Eternel, le sacrificateur en fera l’estimation selon qu’elle sera bonne ou mauvaise […] »
Sanctifier sa maison c’est la consacrer à Dieu.

Ex 19.23-24  » Moïse dit à l’Eternel: Le peuple ne pourra pas monter sur la montagne de Sinaï, car tu nous en as fait la défense expresse, en disant: Fixe des limites autour de la montagne, et sanctifie-la. L’Eternel lui dit: Va, descends; tu monteras ensuite avec Aaron; mais que les sacrificateurs et le peuple ne se précipitent point pour monter vers l’Eternel, de peur qu’il ne les frappe de mort. »

La montagne est sacrée, seules des personnes consacrées comme Moïse peuvent s’approcher d’elle sans mourir.

Ex 28 : 1-3 « Fais approcher de toi Aaron, ton frère, et ses fils, et prends-les parmi les enfants d’Israël pour les consacrer à mon service dans le sacerdoce: Aaron et les fils d’Aaron, Nadab, Abihu, Eléazar et Ithamar. Tu feras à Aaron, ton frère, des vêtements sacrés, pour marquer sa dignité et pour lui servir de parure. Tu parleras à tous ceux qui sont habiles, à qui j’ai donné un esprit plein d’intelligence; et ils feront les vêtements d’Aaron, afin qu’il soit consacré et qu’il exerce mon sacerdoce. »

Ex 29.43  » Je me rencontrerai là avec les enfants d’Israël, et ce lieu sera sanctifié par ma gloire. »

Etre sanctifié c’est aussi recevoir une part de la Gloire de Dieu.

Ce n’est donc pas par des prières insistantes et implorantes « Seigneur sauves-moi, tu vois que je t’aime et tout ce que je fais pour toi dans l’église… » que l’on sera sauvé, c’est Dieu qui nous donne d’être saints.
Comment recevoir cette sainteté, alors ?

La Base : lorsqu’on donne notre vie à Christ, on est mis à part pour Dieu. Ensuite, si on s’abandonne au St Esprit, on est « rendu saint ».
1 Cor 6 :19 « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? »
C’est la clé : on ne s’appartient plus. Il nous faut être quelqu’un de nouveau, quelqu’un d’autre, tous les jours plus différents pour s’approcher toujours plus de la sainteté voulue pour nous par Dieu.

Ep 5.25-27 « Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. »

On voit dans ce passage que la conversion et même le baptême ne sont pas suffisants pour être sanctifiés.

Si nous sommes mis à part pour Dieu, nous ne sommes par pour autant à son service, il en va de notre volonté de le suivre à chaque instant et dans tous les points de la vie sans relâche et avec persévérance devant les tentations et les mauvaises habitudes ou le laxisme.

1 Thess 5.23 « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! »
Nous devons être saints dans tout ce qui fait notre vie : esprit, âme, corps.
Etre saint c’est être irréprochable devant Dieu, c’est donc vivre exactement comme il le désire, sans péché, avec un zèle sans faille pour lui…

Pour y arriver il faut d’abord être convaincu du péché qui nous habite, et on en a plein de « petits » ou qui passent inaperçus et qui entravent notre marche avec Dieu. C’est le St Esprit qui nous convainc de péché mais nous ne sommes pas passifs, il nous faut demander ardemment qu’il nous montre où on faute, de nous faire ressentir le désaccord de Dieu et même sa tristesse, et il faut bien sûr y être attentif, à l’écoute.
Il faut un cœur contri et brisé par la révélation de notre nature totalement pécheresse, ce qui permet au St Esprit d’agir en nous.

La sainteté est un esprit de repentance.
Nous devons continuellement être sanctifiés.
C’est la purification quotidienne par le sacrifice de Jésus.
Comment y parvenir ?

Conditions pour avoir une vie sanctifiée :

1. Recueillement quotidien régulier par la prière, étude de la Bible pour maintenir la communication avec Dieu.
Il faut savoir comment bien le vivre, dans quel esprit aborder la lecture de la Bible et la prière : est-ce pour demander ? …
Le meilleur moyen de savoir si on est dans un bon état d’esprit dans la prière est de voir si l’on passe plus de temps dans l’adoration que dans les requêtes. En effet, notre soucis premier ne doit pas être de demander des choses mais de rendre gloire à Dieu.

2. obéissance immédiate
la communion nous permet d’être sensible à Dieu et d’être à l’écoute du St Esprit. Nous ressentons alors ce que nous devons faire au moment opportun.
On a entendu des témoignages où les personnes ressentaient qu’elles devaient faire quelque chose qui pouvait sembler inutile voire à côté de la plaque ou « décalé », choses qui se sont pourtant révélées être importantes par la suite, indispensables.
Pour recevoir une telle chose, et en être convaincu, il faut être très proche de Dieu et attentif à Lui.
Pour être guidé ainsi chaque minute, dans chaque circonstance dans nos réactions… nous devons être sans cesse dans cette position d’écoute de Dieu. Et le chemin de la sanctification nous permet de s’approcher de cela.

3. persévérance
Jacques 1.4 « Il faut que votre endurance aille jusqu’au bout de ce qu’elle peut faire pour que vous parveniez à l’état d’adultes et soyez pleins de force, des hommes auxquels il ne manque rien. »
Conclusion

Nous voulons tous voir un grand réveil, la conversion de milliers de personnes. Pourquoi ?
Parce qu’on ne sera plus des personnes bizarres, beaucoup seront de notre avis ?
Parce qu’on veut voir nos camarades connaître Jésus ?
Parce qu’on se souci des âmes perdues au point de pleurer sur notre peuple dans nos temps de prière ?
Ces propositions sont le reflet d’une évolution qui est la sanctification.

Plus on avance, plus on ressent ce que Dieu ressent. Donc plus on fait ce que lui, saint ferait à notre place. On mène ainsi une vie sainte.

Avancer sur ce chemin est primordial pour notre vie. La stagnation est mauvaise car elle entraîne en fait la régression !
En se rendant compte que l’on avance dans cette voie de jour en jour, on est certain de plaire à Dieu et par conséquent d’être emmené par Lui.

On attends le réveil mais il ne se passera pas sans les hommes. Or, si les chrétiens se satisfont d’une petite vie de chrétiens, s’aveuglent par leurs actions ou ne comprennent pas l’essentiel (le besoin de communion, de symbiose avec Dieu), Dieu ne pourra pas agir par nous et non seulement on ne pourra pas participer, mais aussi on pourrait rester sur la touche.

Ezéchiel 18 :30-32 « Ainsi donc, je jugerai chacun de vous, gens d’Israël, selon sa conduite, le Seigneur, l’Eternel, le déclare. Changez donc d’attitude et détournez-vous de tous vos péchés, pour que vos fautes ne causent pas votre perte.
Rejetez loin de vous tous les péchés que vous avez commis contre moi. Faites-vous un cœur nouveau et un état d’esprit nouveau, car pourquoi faudrait-il que vous mouriez, gens d’Israël ?
Vraiment, moi, je ne prends aucun plaisir à voir mourir qui que ce soit, le Seigneur, l’Eternel, le déclare. Convertissez-vous et vivez !  »

13
sept 2011
Posté dans Non classé par giscard sewaî à 9:07 | Pas de réponses »

Combattre : Dieu nous dit que nous avons à combattre un combat spirituel contre des forces occultes dont Satan est le chef : Éphésiens 6. 10 à 20

Nous avons à lutter contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. Ephésiens 6:12

Dans ce combat il est question de résister et tenir ferme contre les ruses du diable. Eph. 6.11

1 Pierre 5.8/9 Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Ici Pierre dit que tous ceux qui appartiennent à Christ, sont l’objet des attaques de l’adversaire.

L’apôtre Jacques proclame que lorsque notre volonté est soumise à Dieu, nous pouvons résister au diable et il s’enfuira. Jacques 4:7 Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous.

Dans ces passages il question :

de résistance : « résistez ! » disent Jacques et Pierre. « Afin de résister » dit Paul

de fermeté : une foi ferme, tenir ferme (répété trois fois dans Eph.6.10 à 18.)

de victoire : Il fuira ! Nous triompherons du malin. Jac.4.7 et Eph. 6.13

La vie des disciples de Jésus-Christ n’est pas une pratique religieuse bien correcte, bien réglée et bien tranquille. Le diable n’est pas effrayé par la religion. Il est même content qu’il y ait des religions, il se cache dedans !

LA FOI DE L’ÉVANGILE EST UN COMBAT.

L’apôtre Paul écrit qu’il a combattu contre les bêtes à Éphèse. 1 Corinthiens 15.32. Des commentateurs de l’Évangile disent qu’il s’agit probablement des gens emmenés par Démitrius et ses compagnons idolâtres qui fabriquaient des temples pour la déesse d’Éphèse. Ces gens étaient inspirés et animés par les esprits méchants qui voulaient détruire l’œuvre de Dieu. Actes 19.24

Paul dit encore que c’est un bon combat « LE BON COMBAT DE LA FOI ». 1 Timothée 6.2

Tous ceux qui croient réellement au Seigneur Jésus-Christ, qui sont ses disciples, sont concernés par le combat de la foi et ce combat dure toute la vie : 2 Timothée 4:7 J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi.

Sachez le, nous avons à lutter contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C’est une guerre et comme toutes les guerres, elle a ses règles. Un des ennemis d’Israël disait au roi Ezéchias : « Les mots ne suffisent pas, il faut pour la guerre de la sagesse et de la force… » Esaïe 36:5

Pour la guerre spirituelle qui est engagée contre nous par le diable et ses armées, il faut la sagesse, le conseil , la force et les armes, DE DIEU

L’apôtre Paul dit : Nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. 2 Corinthiens 10.3/4

Nous avons à soutenir un combat spirituel qui demande de la sagesse spirituelle, une force spirituelle et des armes spirituelles : la sagesse d’en haut, la force du Seigneur et les armes de Dieu, car nos ennemis sont des esprits méchants, dominateurs, puissants.

L’apôtre Pierre écrit : Soyez donc sages et sobres, pour vaquer à la prière. Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. 1 Pierre 4:7/8

Sages , c’est la sagesse d’en haut, celle qui vient de Dieu :

Jacques 3:17 La sagesse d’en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d’hypocrisie. Demandons-la à Dieu avec foi. Jacques 1

Sobres, Prenons garde à l’arrogance, aux discours injurieux et provocants contre le diable ou les démons, ne soyons pas prétentieux et suffisants. Il y a des gens arrogants qui prononcent des paroles insensées. On ne se comporte pas ainsi contre Satan et son armée. Jude 8/10 -

Rappelons nous les fils de Scéva. Actes 19.13/17 – Il faut pour la guerre de la sagesse et de la force !

Nous avons a lutter conte une armée d’esprits malfaisants.

Tout d’abord le diable, comme son nom l’indique « le calomniateur ». C’est Satan « le méchant », un meurtrier, le menteur, le séducteur, le tentateur, l’accusateur, l’oppresseur, le voleur. Un loup cruel, un lion rugissant et dévoreur, un serpent rusé, un dragon destructeur, etc… Un rôdeur qui vient pour dérober, dévorer, tuer et détruire.

Puis son armée, qui est à son image, composée d’esprits impurs, méchants, qui tourmentent, oppressent, détruisent, lient, affligent, les gens par toutes sortes de souffrances spirituelles, morales, physiques.

C’est contre toute cette puissance malfaisante que nous avons à combattre. Dès lors nous sommes bien conscients que dans cette lutte, il est indispensable de recevoir LA FORCE DU SEIGNEUR et de revêtir LES ARMES DE DIEU.

En découvrant l’identité, l’agressivité et la puissance de nos ennemis, nous pourrions être effrayés, comme les envoyés d’Israël qui rencontrèrent les géants du pays de Canaan et qui furent découragés.

Mais souvenons nous que les hommes que Dieu a utilisés pour remporter ses combats n’étaient par des surhommes. Ils s’appuyaient sur le Seigneur, ils allaient avec la force du Seigneur, ils avaient des armes qui pouvaient paraître ridicules à leurs ennemis, mais c’étaient celles que le Seigneur leur indiquait.

Pour prendre Jéricho, Josué a utilisé une stratégie qui a dû intriguer ses ennemis : une procession quotidienne pendant sept jours autour de la ville, puis le septième jour au son des trompettes et au cri de guerre des Israélites les murailles de la forteresse sont tombées…comme Dieu l’avait dit.

Gédéon, remporta la victoire contre une multitude, avec 300 hommes, des cruches, des lampes et un cri de guerre

David n’avait que son bâton, sa fronde et des pierres soigneusement choisies, mais il s’avançait contre le géant « au nom de l’Éternel »

L’arme la plus puissante que Jésus a utilisée pour vaincre le diable et nous sauver, c’est LA CROIX !

Pierre et Jean n’avaient pas beaucoup d’instruction, au regard des chefs religieux qu’ils affrontaient, mais ils étaient remplis du Saint-Esprit. Actes 4.8,13

Paul n’était pas très rassuré en arrivant à Corinthe, mais il s’appuyait sur la puissance de Dieu. 1 Cor.2

Il faut remarquer que tous ceux qui ont combattu dans les armées de Dieu, l’ont fait en s’appuyant sur le Seigneur et en se conformant à ses instructions.

Un constat de victoire

Nous allons voir que Dieu nous offre une armure efficace pour vaincre le diable, mais avant d’aller plus loin, faisons un constat : Notre Seigneur Jésus à vaincu Satan et son armée, pour nous !

Jésus a écrasé par sa mort sur la croix celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable. Hébreux 2.14 – Il a écrasé la tête du serpent. Genèse 3.15 – Il a délivré tous ceux que le diable tenait asservis – Hébreux 2.15 –

Il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix. Colossiens 2:15

Dieu nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.. Col. 1:13/14

Il y a quatre éléments dans l’issue victorieuse de notre combat :

Le sang de Jésus-Christ, répandu en sacrifice à la croix, est notre victoire sur Satan. Le sang de Jésus nous lave de nos péchés, nous réconcilie avec Dieu, nous délivre du pouvoir de celui qui nous tenait asservis à cause du péché.

Le nom de Jésus que nous invoquons et qui proclame sa souveraineté universelle et absolue. Philippiens 2

L’Esprit de Jésus, le Saint-Esprit, dont Dieu nous a oints et qui habite en nous.

La Parole de Dieu que nous proclamons avec foi, l’épée de l’Esprit.

La résurrection du Seigneur Jésus-Christ est la preuve éclatante de sa victoire, les liens de la mort n’ont pas pu le retenir, celui qui a le pouvoir de la mort n’a pas pu le lier… « CHRIST EST RESSUSCITE, Il est assis à la droite de Dieu et il domine sur toutes choses. »

Nous sommes par la foi en Christ, participants du triomphe du ressuscité. Nous avons la victoire en Jésus-Christ notre Sauveur.

Grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ ! 1 Cor. 15:57

Dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. Rom. 8:37

Ils l’ont vaincu (le diable) à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. Apocalypse 12:11

La première chose à faire, c’est de nous affermir dans la foi en Notre Seigneur Jésus-Christ et proclamer la victoire qu’il a remportée pour nous par sa mort sur la croix et sa résurection.

Ceci étant établi, voyons maintenant ce qu’il nous faut pour entrer dans le combat spirituel contre Satan et son armée.

La force et les armes

En Éphésiens 6.10 et 11 Dieu nous parle de deux choses essentielles :

Fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.

Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.

FORTIFIEZ VOUS DANS LE SEIGNEUR.

LA FORCE DU SEIGNEUR est une force toute puissante…Éphésiens 6.10 – Elle nous est communiquée par l’Esprit de Dieu : « …qu’il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur. » Éphésiens 3:16

Nous pouvons avoir une appréciation de la force de Dieu en considérant ses œuvres et particulièrement la résurrection de son Fils Jésus : « Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. » Eph.1.20/21

Soyons conscients que dans ce combat, ce n’est pas notre force qui prévaudra. Jérémie 9:23 Ainsi parle l’Éternel: Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, Que le fort ne se glorifie pas de sa force. Il est indispensable de s’appuyer sur la force de Dieu

Psaumes 62:11 Dieu a parlé … j’ai entendu ceci : C’est que la force est à Dieu.

Deutéronome 8:18 Souviens-toi de l’Éternel, ton Dieu, car c’est lui qui te donnera de la force pour les acquérir, afin de confirmer, comme il le fait aujourd’hui, son alliance qu’il a jurée à tes pères.

1 Samuel 15:29 Celui qui est la force d’Israël ne ment point et ne se repent point, car il n’est pas un homme pour se repentir.

2 Samuel 22:3 Dieu est mon rocher, où je trouve un abri, Mon bouclier et la force qui me sauve, Ma haute retraite et mon refuge.

Psaumes 18:2 Éternel, mon rocher, ma forteresse, mon libérateur! Mon Dieu, mon rocher, où je trouve un abri! Mon bouclier, la force qui me sauve, ma haute retraite!

Psaumes 28:8 L’Éternel est la force de son peuple, Il est le rocher des délivrances de son oint.

Psaumes 29:11 L’Éternel donne la force à son peuple

Psaumes 92:10 Et tu me donnes la force du buffle; Je suis arrosé avec une huile fraîche.

Esaïe 40:29 Il donne de la force à celui qui est fatigué, Et il augmente la vigueur de celui qui tombe en défaillance.

Fortifiez vous dans le Seigneur et par sa force toute puissante. Eph. 6.10

Le Seigneur est fort, tout puissant. C’est LUI qui communique SA FORCE. 1 Pierre 4.11

Pour la recevoir, il faut premièrement la lui demander Luc 21:36 « …priez en tout temps, afin que vous ayez la force. » – Demandez et vous recevrez, dit Jésus. C’est en venant auprès du Seigneur et en la cherchant en lui que nous recevrons sa force.

Ensuite nous devons nous nourrir. Eli, le prophète était complètement découragé, déprimé, mais Dieu lui fit porter par un ange un gâteau spécial. Il se leva, mangea et but; et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à la montagne de Dieu, à Horeb. 1 Rois 19:8

Il y a une nourriture qui donne la force de Dieu : le pain de Dieu, Jésus lui-même. Cela signifie que la force de Dieu nous est communiquée PAR NOTRE COMMUNION avec CHRIST. Ex. Jean 15…comme le sarment qui demeure attaché au cep reçoit la vie du cep.

Les Israélites furent nourris par la manne de Dieu, pendant quarante ans dans le désert. Chaque matin ils recueillaient « ce pain du ciel » qui leur donnait la force de marcher et d’affronter leurs ennemis.

C’est dans notre communion de chaque jour avec Jésus, que nous nous fortifions. Il est le pain de Dieu qui nous fortifie. Écoutons sa parole : Jean 6:57 Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.

Notre communion avec le Seigneur est le résultat de notre foi en LUI, dans la prière, la lecture, l’écoute de sa parole, la sensibilité au témoignage du Saint-Esprit.

La prière personnelle est un moyen de communion avec le Seigneur : nous lui parlons et il nous écoute

La lecture de la Parole de Dieu est un second moyen de communion avec lui, il nous parle par les Écritures, elle est une nourriture pour notre âme.

Le Saint-Esprit est celui par lequel le Seigneur nous accorde sa présence et nous fortifie.

L’Église, les réunions de l’église, sont le lieu où le Seigneur est présent et nous communique sa force au moyen de la communion fraternelle, de la prière en commun, de l’enseignement de sa Parole et des dons de l’Esprit qui y sont pratiqués, par les encouragements des frères et sœurs.

Certains pensent qu’il suffit de crier des versets bibliques comme des slogans, des chants de louanges, d’agiter des bannières imprimées de versets, de pratiquer une certaine gestuelle…pour mettre en fuite le malin et son armée. Les choses, telles que nous les enseignent les Écritures, sont plus profondes que cela.

Dieu dit « Fortifiez vous dans le Seigneur et par sa force toute puissante ». Nous avons vu comment le faire.

Nous avons une responsabilité : Nous fortifier, faire ce qui est nécessaire pour être fort, pour recevoir la force de Dieu et nous pourrons alors passer à la deuxième étape : prendre, revêtir les armes de Dieu.

REVÊTEZ VOUS DE TOUTES LES ARMES DE DIEU.

Pour remporter la victoire dans ce combat spirituel, il faut des armes puissantes, spirituelles, celles de Dieu : un ceinture, une cuirasse, des chaussures, un casque, un bouclier, une épée, …

Dans son enseignement, l’apôtre Paul s’inspire de l’armure du soldat romain pour désigner les armes spirituelles avec lesquelles nous devons combattre.

Le soldat romain portait une ceinture, une cuirasse, des chaussures à clous de fer, un casque pour protéger sa tête, et un grand bouclier sur son bras gauche qu’il tenait devant lui. Son arme était l’épée. C’était avec l’épée, et non avec la lance comme pour les autres nations, que les romains ont conquis le monde. Et tout ceci représente les parties de l’armure spirituelle du chrétien.

La vérité pour ceinture.

La ceinture tenait l’armure en place et l’épée y était accrochée. Ainsi, la vérité maintient l’armure du chrétien et elle est le soutien de l’épée de l’Esprit.

Dieu nous appelle a être vrai, dans notre cœur, dans nos paroles, dans nos actions.

Marcher dans la vérité, parler selon la vérité, agir avec vérité et droiture, c’est ceindre nos reins pour être ferme. Marcher dans la vérité est la normalité pour un disciple de Christ.

3 Jean 3/4  » J’ai été fort réjoui, lorsque des frères sont arrivés et ont rendu témoignage de la vérité qui est en toi, de la manière dont tu marches dans la vérité. Je n’ai pas de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. »

Par la vérité de notre foi, la droiture de notre cœur, la sincérité de nos sentiments, nous confondons celui qui est rusé, menteur et calomniateur, le père du mensonge, le diable.

La vérité est le premier élément de notre résistance au diable. JÉSUS est la vérité…Si nous demeurons en lui, nous demeurons dans la vérité, nous connaissons la vérité et la vérité nous affranchit.(Jean 8.32). Elle nous rend libre et nous fait marcher avec assurance…la cuirasse tient en place, l’épée est là où nous pouvons la trouver, à portée de main.

Achab, le roi d’Israël, ne se tenait pas dans la vérité, c’était un homme faible, subjugué par sa femme Jézabel, l’impie. Un jour dans un combat une flèche tirée au hasard (!) le frappa au défaut de la cuirasse.(1 Rois 22.34) Sa ceinture était lâche et ne retenait pas sa cuirasse bien en place.

La justice comme cuirasse

La cuirasse protégeait la poitrine du soldat romain, mais pas son dos. Il ne devait donc pas tourner le dos dans le combat, mais faire face à son ennemi, quelle leçon pour nous !

La Justice de Christ recouvre et protège ceux qui croient en lui ( Romains 3.21/26) et qui demeurent en lui, ceux qui pratiquent la justice, qui vont droit leur chemin.

Nous devons revêtir la justice de Dieu. Christ est devenu malédiction afin que nous devenions par la foi en Lui, justice de Dieu. C’est une justice parfaite, une cuirasse qui nous protège des attaques du diable. Nous pouvons lui faire face avec assurance.

Nous sommes gratuitement justifiés par la foi en Jésus, justes aux regards de Dieu et des habitants du ciel. Le diable lui-même ne peut transpercer cette cuirasse. Nous sommes propres par le sang de Jésus et protégés par l’intercession du Seigneur. Zacharie 3.

Nous devons demeurer dans la justice, la pratiquer, garder notre cuirasse en place. Ne laissons pas accès au diable.

1 Jean 3:7 Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.

Psaume 15.1/2 O Éternel! qui séjournera dans ta tente ? Qui demeurera sur ta montagne sainte? – Celui qui marche dans l’intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur.

Le zèle de l’évangile pour chaussure

Il est important d’avoir du zèle pour Dieu. Le livre des Proverbes cite beaucoup de paroles contre la paresse et en particulier celle-ci : Le paresseux dit: Il y a un lion sur le chemin, Il y a un lion dans les rues! Proverbes 26:13 …Celui qui manque de courage a peur du lion rugissant…

Nous devons nous armer de courage pour affronter l’ennemi de nos âmes et ce courage nous est donné par l’Évangile de paix. L’Évangile est encourageant, il ne laisse pas indifférents mais il nous stimule au service de Dieu. Allez par tout le monde, annoncez l’évangile…

Romains 12:11 Ayez du zèle, et non de la paresse. Soyez fervents d’esprit. Servez le Seigneur.

Les chaussures du soldat romain étaient cloutées, pour mieux adhérer au sol. Cela l’empêchait de glisser.

Le zèle est accrocheur, les pieds zélés peuvent se tenir sur les rochers et courir. David dit : Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, Et il me place sur mes lieux élevés. Psaumes 18:33

Le salut pour casque

Avec le casque le soldat se protège la tête et la tête c’est le siège de nos pensées, de notre réflexion, c’est la partie la plus exposée et la plus fragile de notre corps, c’est là que le diable attaque, à la tête. Il va essayer de nous transpercer avec le doute…C’est par là qu’il a ébranlé Ève et l’a fait tomber dans son piège, en insinuant un mensonge : Dieu a-t-il réellement dit ? Genèse 3

Dans notre texte, le casque c’est l’assurance du salut. Or nous sommes sauvés par grâce, par le moyen de la foi dans le sacrifice rédempteur de Jésus…

Nous revenons toujours à la croix de Jésus…Elle est notre assurance…Ce n’est pas par mes œuvres, par la qualité de ma vie spirituelle, par mes prières, par ma connaissance de la Bible.

C’EST PAR LE SANG DE JÉSUS ! C’est là ma victoire…LE SANG DE JÉSUS. Apoc. 12.

J’ai l’assurance de mon salut, parce qu’il est EN JÉSUS…Le sang de Jésus me couvre, il est sur ma tête.

Sa vérité est sur mes reins, sa justice garde mon cœur, son zèle me fait courir, son salut me couvre la tête…

Le diable voudrait bien me faire douter de cela…Mais j’ai l’assurance que Jésus m’a sauvé par son sang, de mes péchés et de toute la puissance de l’ennemi !

Chers frères et sœurs, prenez le casque du salut !

La foi pour bouclier

La foi a un bouclier, c’est Dieu lui même. Mon bouclier est en Dieu. La fidélité de Dieu est un bouclier et une cuirasse. Je me réfugie en Jésus, il est celui qui me garde et me protège des traits enflammés du malin.

David parle de deux boucliers, le petit et le grand. Psaume 35.2. Je pense que la foi est comme deux boucliers.

Le petit bouclier, plus maniable, servait dans les combats rapprochés, le corps à corps, pour se protéger des coups de massue ou d’épée de l’ennemi.

Le grand bouclier avait la taille d’un homme, il abritait le soldat et le protégeait contre les flèches enflammées lancées de loin.

David, dit : « Mon bouclier est en Dieu, qui sauve ceux dont le cœur est droit. » Psaumes 7:10

Psaumes 144:2 Mon bienfaiteur et ma forteresse, Ma haute retraite et mon libérateur, Mon bouclier, celui qui est mon refuge, Qui m’assujettit mon peuple!

Dieu est notre bouclier, dans les combats rapprochés, comme dans les attaques des flèches du malin. Par la foi nous nous réfugions en lui et il nous couvre parfaitement. Il m’entoure par derrière et par devant, de tous côtés. Contre lui viennent s’écraser les traits enflammés du malin, le calomniateur, l’accusateur.

La Parole de Dieu pour épée

L’épée du soldat romain était un glaive à deux tranchants, assez court, maniable, robuste et pénétrant, qui dans le combat rapproché servait à transpercer l’adversaire.

L’épée de l’Esprit, c’est la Parole de Dieu. Lorsque le tentateur est venu défier Jésus dans un combat singulier, le Seigneur a utilisé l’épée de Dieu : « Il est écrit » et le diable s’est enfui, non sans avoir essayé de retourner l’arme contre Jésus, mais le Seigneur savait parfaitement manier la Parole de Dieu. Le diable peut essayer de nous tromper en utilisant des textes bibliques hors de leur vérité. N’oubliez pas, c’est un menteur et un rusé.

Comme Jésus l’a fait, retirez-lui l’épée des mains et retournez la contre lui.

Beaucoup de chrétiens citent les Écritures à tort et à travers, sans se préoccuper de l’enseignement général de la Parole de Dieu. Ils pensent que le fait de crier un verset à l’ennemi le fera s’enfuir…Le diable connaît la Bible et il sait si nous en faisons un usage judicieux. Jésus pouvait dire « il est écrit », car il savait de quoi il parlait et il vivait aussi ce qui « est écrit ».

L’apôtre Paul dit qu’il ne frappait pas comme « battant l’air »…Certains font des moulinets impressionnants avec les textes bibliques, mais apparemment cela ne semble pas très efficace. D’autres manient la Parole de Dieu si maladroitement qu’ils blessent tous ceux qui les entourent.

La Parole de Dieu, c’est l’épée de l’Esprit, une arme spirituelle, tranchante et pénétrante, très efficace, si nous savons la manier spirituellement.

David dit : Béni soit l’Éternel, mon rocher, qui exerce mes mains au combat, mes doigts à la bataille, Psaumes 144:1.

Ehud, un homme de Dieu, se fit une épée à deux tranchants, longue d’une coudée, et il la ceignit sous ses vêtements, au côté droit. Il vint trouver un ennemi cruel du peuple de Dieu et le transperça de son épée en lui disant j’ai une parole de Dieu pour toi ! Juges 3:16

Que le Saint-Esprit nous enseigne à manier son épée, spirituellement, avec habileté, non pas contre la chair et le sang, mais contre nos ennemis spirituels, identifiés par les Écritures.

Enfin LA PRIÈRE…

Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints. Éphésiens 6.18

La prière par l’Esprit,

Notre façon habituelle de prier est notre langue maternelle, en l’occurrence le français en ce qui me concerne. Nous prions dans un langage intelligible. Il est réconfortant de savoir que Dieu notre Père céleste comprend toutes les langues, celles des anges et des hommes, même le balbutiement des enfants.

Mais dans le combat contre le diable et la puissance des ténèbres, il y a une façon de prier qui est très efficace et recommandée ici, c’est « la prière par l’Esprit ». Cette prière est celle dont Paul parle en 1 Corinthiens 14. 14/15

Lisez à ce sujet les études sur : « le parler en langue » et « prier par l’esprit »

La prière intercession,

Ce sont les prières et les supplications que nous faisons les uns pour les autres, Paul dit « pour tous les saints », c’est à dire nos frères et sœurs dans la foi. Ceux qui sont l’objet comme nous des agressions du diable. 1 Pierre 5.9

La prière constante, persévérante.

Il s’agit ici, non pas de prier de temps en temps, pour des occasions spéciales, mais d’une vie de prière constante et régulière, pour laquelle nous consacrons du temps chaque jour. « Faites en tout temps, toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance. » Éphésiens 6.18

Ne nous relâchons pas dans notre vie de prière, prions sans cesse avec foi et persévérance. Ceux qui prient de cette façon remportent les victoires.

Voir les études sur la prière.(Sommaire) –

Vous pouvez aussi relire l’étude sur « Le diable selon les Écritures »

Pour conclure souvenons de ces éléments décisifs pour triompher dans nos combats :

le Nom de Jésus. En son Nom nous prions, nous proclamons la victoire, nous chassons les démons, nous parlons en langues, nous maîtrisons les serpents, nous sommes gardés des breuvages empoisonnés, nous imposons les mains aux malades, (Marc 16) nous pratiquons sur eux l’onction d’huile. Nous faisons tout en son Nom et en particulier nous avançons contre l’ennemi « au Nom du Seigneur Jésus »

le Sang de Jésus. Il nous lave, nous purifie parfaitement, nous rend plus blancs que la neige. Il nous couvre et nous protège contre l’exterminateur. Le sang de l’Agneau nous donne la victoire sur Satan et son armée. Apocalypse 12.

la Parole de Jésus. C’est l’épée de l’Esprit. Nous la gardons, nous la proclamons, nous la pensons, nous la vivons. Il y a une parole constante pour notre foi : IL EST ECRIT… »Jésus lui répondit « IL EST ECRIT »…et le diable le laissa…

l’Esprit de Jésus. Il est notre force. Si nous appartenons à Christ, son Esprit habite en nous. Il nous conseille, il nous conduit, il nous accorde ses dons, il nous remplit, il nous sanctifie et nous fortifie…

Les vainqueurs de Dieu étaient des hommes et de femmes de la même nature que nous, mais ils étaient remplis du Saint-Esprit.

SOYEZ REMPLIS DU SAINT-ESPRIT,

REVÊTEZ-VOUS DE TOUTES LES ARMES DE DIEU

et

AVANCEZ AU NOM DE JÉSUS !

CELUI QUI EST EN VOUS EST LE PLUS FORT !

13
sept 2011
Posté dans Non classé par giscard sewaî à 9:02 | Pas de réponses »

Ephésiens 6:10-20

Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.
Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.
Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.
C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.
Tenez donc ferme: ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.
Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.
Priez pour moi, afin qu’il me soit donné, quand j’ouvre la bouche, de faire connaître hardiment et librement le mystère de l’Evangile, pour lequel je suis ambassadeur dans les chaînes, et que j’en parle avec assurance comme je dois en parler.

A la lecture de ce passage nous comprenons que nous ne combattons pas selon la chair, avec des armes charnelles, ni contre la chair et le sang, c’est à dire des êtres humains, derrière lesquels se cacheraient des puissances des ténèbres, mais selon l’esprit et avec des armes spirituelles.

C’est un combat spirituel qui nécessite des armes spirituelles, pour combattre des êtres spirituels, des esprits, dont le diable est le prince, le chef. (à lire l’étude « Le diable selon les Ecritures »)

Nous avons donc à lutter contre le diable, notre adversaire, ses ruses et son armée structurée en plusieurs niveaux

- les dominations,(Gr. kuriotês Dans le N.T., le mot au pluriel désigne les puissances célestes qui ont été vaincues par Jésus-Christ sur la croix Col 2.15 et qui seront détruites lors de la remise du royaume à son Père. 1Co 15.24)

- les autorités, (En gr., le mot exousia signifie avoir le pouvoir légitime, réel et libre d’agir, de posséder, de contrôler, d’user ou de disposer de quelque chose ou de quelqu’un. Le mot dunamis s’applique à la force physique.)

Ces autorités son des êtres à qui un pouvoir a été donné…Il y a dans les lieux célestes deux sortes  » d’autorités  » :

- celles qui dépendent directement de Dieu, soumises au Seigneur Jésus-Christ.

- celles qui dépendent de Satan : le prince de la puissance de l’air, le prince des démons…

Au début, toutes les autorités ont été créées par le Seigneur Jésus-Christ. Col.1.16

Celles qui dépendent de Satan ont, malgré leur chute, conservé un certain pouvoir qu’elles exercent dans le monde perdu.

En ce qui nous concerne, Jésus les a vaincues et dépouillées à la croix, ainsi que les dominations. Col.2.15. Elles lui sont soumises. 1 Pierre 3.22

- les princes de ce monde de ténèbres. Dans la Bible, les différents termes hébreux. et grecs, rendus par le mot prince contiennent tous l’idée de commandement et d’autorité.

Le prince est un souverain ou un chef : Abraham (Gen.23.6), Salomon (1 Rois 11.34) – des gouverneurs, ministres et administrateurs (Da 6. 2-3; Es 1.14) – (Dans Daniel, il est question d’un chef du royaume de Perse qui résiste à l’ange.10.13).

Dans le Nouveau Testament, le diable est appelé le prince de ce monde ou le prince de la puissance de l’air. (Jean 12.21; 14.30,;16.11; Ephésiens 2.2)

Jésus est le Prince de la Vie, Prince de paix, il a été établi par le Père Prince et Sauveur, il est le Prince de notre salut, le Prince des rois de la terre.(Actes 3.15; 5.31; Hébreux 2.10 – Apocalypse 1.5)

- les esprits méchants dans les lieux célestes…Il s’agit des mauvais esprits, des esprits méchants et impurs qui errent çà et là, qui cherchent des demeurent (Matt.12:43-45), qui tourmentent les hommes(Luc 6.18. Marc 5.2), les démons que Jésus chassait par sa parole et sur lesquels ils nous donne autorité. Matthieu 10.1 – Luc 10.19 – Marc 16.17 (étude : chasser les démons)

Voilà nos ennemis réels, des ennemis spirituels contre lesquels nous avons à lutter, résister, tenir ferme, surmonter et vaincre.

La force de Dieu

Pour mener ce combat, nous avons besoin de la force de Dieu. C’est indispensable. L’apôtre Paul écrit qu’il combattait avec la force de Dieu, qui agissait puissamment en lui. Col.1.29.

C’est impératif, avant de revêtir les armes, il nous faut être fortifiés :

Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante. Éphésiens 6:10

Il s’agit d’une force spirituelle et divine, celle de l’Esprit Saint : être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur. Eph.3.16

Cette force de Dieu qu’il faut rechercher en premier, avant de se lancer dans le combat, se reçoit dans la communion avec le Seigneur, par la prière, la lecture et la méditation de sa Parole.

De même que nous fortifions nos corps par la nourriture, l’exercice physique et une bonne hygiène de vie, nous devons ainsi fortifier notre esprit

. en le nourrissant de la nourriture spirituelle : la Parole de Dieu,

. en nous exerçant à la piété, en demeurant attachés au Seigneur (Jean 15)

. et en recherchant la sanctification (l’hygiène spirituelle)

N’oublions pas que cette force divine nous est communiquée par le Saint-Esprit que Dieu envoie dans le cœur de ses enfants. Galates 4.6

Il est don nécessaire de vivre selon l’Esprit, de se laisser conduire par l’Esprit.

Il y a dans la Parole de Dieu de nombreuses exhortations à se fortifier. En voici quelques unes dans les épîtres :

1 Corinthiens 16:13 Veillez, demeurez fermes dans la foi, soyez des hommes, fortifiez-vous.

Colossiens 1: 9/11… fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse,

2 Timothée 2:1 Toi donc, mon enfant, fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ.

1 Pierre 5:10 Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.

Ce n’est que si nous sommes fortifiés par la force de Dieu que nous pourrons revêtir et manier avec efficacité les armes de Dieu.

Éphésiens 6:13 C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

Car les armes de Dieu sont puissantes pour renverser des forteresses. 2 Cor. 10.3.14

Ce sont « les armes de Dieu »,elles sont puissantes et efficaces. C’est pourquoi prenons les toutes.

L’apôtre Paul utilise ici, l’image du soldat romain équipé pour le combat, dont il avait la réalité devant les yeux chaque jour.

C’est cette armure qu’il nous dépeint, dans une application spirituelle.

La ceinture. Ceindre nos reins avec la vérité. Il est important de se tenir dans la vérité. Marcher dans la vérité. Faire toute chose avec vérité. 3 Jean 3.4 – 1 Jean 1.6/7

Lire le Psaume 15 et Luc 12:35 : Que vos reins soient ceints, et vos lampes allumées –

1 Pierre 1:13 C’est pourquoi, ceignez les reins de votre entendement, soyez sobres, et ayez une entière espérance dans la grâce qui vous sera apportée, lorsque Jésus-Christ apparaîtra.

1 Rois 18:46 Et la main de l’Éternel fut sur Élie, qui se ceignit les reins et courut devant Achab jusqu’à l’entrée de Jizreel..

La ceinture apparaît comme un moyen d’empêcher les longs vêtements de l’époque de flotter, entravant la marche, comme une espèce de maîtrise des choses, ceindre nos pensées les maîtriser et aussi comme un moyen de maintenir les reins serrés, affermis pour un effort. La ceinture du soldat romain servaient également à accrocher plusieurs objets, dont l’épée ou d’autres armes.

La cuirasse, qui protège le corps. Revêtir la cuirasse de la justice; Une cuirasse sans défaut. 1 Rois 22.34.

Notre propre justice est un vêtement souillé, il nous faut donc revêtir la justice de Dieu, qui nous est donnée en Jésus-Christ. Il est notre justice…

Revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises. Romains 13:14

Justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient. Romains 3:22

En croyant au Seigneur Jésus nous revêtons des vêtements blancs (nous sommes justifiés par la foi en Jésus) et en demeurant en LUI, nous nous efforçons de les garder blancs (nous veillons à nous tenir dans la sanctification)

Les chaussures. Mettez pour chaussures à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix.

Psaumes 18:33 Il rend mes pieds semblables à ceux des biches, Et il me place sur mes lieux élevés.

L’Évangile donne du zèle, rend notre marche légère, rapide et assurée, comme dit l’Ecriture :

Ils courent et en se lassent pas., ils marchent et ne se fatiguent pas. Es.40.31

L’Évangile, la Bonne Nouvelle de l’amour et de la grâce de Dieu, produit dans nos cœurs le zèle, l’empressement à servir le Seigneur, parce que nous l’aimons, lui qui nous a aimés le premier.

Le bouclier. Il assure notre protection contre les flèches ennemies. C’est le bouclier de la foi, avec lequel nous pouvons éteindre tous les traits enflammés du malin : ses insinuations et ses paroles empoisonnées qui produisent le doute, le découragement, les blessures de l’âme…

Psaumes 7:10 Mon bouclier est en Dieu, qui sauve ceux dont le cœur est droit

Il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui. Psaumes 18:30.

Le casque, qui protège la tête des coups.

Prendre aussi le casque du salut, c’est affermir nos pensées dans l’assurance du salut, don gratuit de Dieu.

« C’est par grâce que nous sommes sauvés…c’est le don de Dieu ». Éphésiens 2.8/9

Psaumes 140:7 Éternel, Seigneur, force de mon salut! Tu couvres ma tête au jour du combat.

Nous avons pour casque l’espérance du salut. 1 Thess.5.8 .

L’assurance de notre salut repose sur l’efficacité du sang de l’ Agneau de Dieu. Nous sommes couverts par le sang de Jésus, comme un caque protecteur contre les accusations et les coups de notre adversaire.

L’épée. Le glaive romain court et tranchant des deux côtés, était utilisé dans les corps à corps pour transpercer l’adversaire.

Prendre l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu, c’est confesser, proclamer avec foi les promesses et les affirmations des Écritures, lors de nos confrontations avec l’ennemi, comme Jésus l’a fait dans toutes les occasions où il se trouvait confronté a Satan lui-même et avec les ruses et les accusations de ses ennemis.

Esaïe 49:2 Il a rendu ma bouche semblable à un glaive tranchant.

Hébreux 4:12 Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants,

Apocalypse 12:11 Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort.

Jésus lors de son combat avec le diable a utilisé la Parole de Dieu comme une épée efficace : ‘Il est écrit…’

La prière. Il y a deux façons de prier : par l’esprit, c’est à dire en langues et par l’intelligence c’est à dire avec des mots que nous comprenons. 1 Corinthiens 14.15

Prier par l’Esprit  » Celui qui parle en langue s’édifie lui-même…Il parle à Dieu de manière mystérieuse. « .

Les prières inspirées par le Saint-Esprit encouragent et fortifient. Les soldats allant au combat s’encouragent mutuellement de la voix, par des paroles et des exclamations de victoire.

Faire en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints.

Je prierai aussi avec l’intelligence c’est à dire que je ferai connaître à Dieu par des mots que je comprends, mes besoins et ceux des autres, avec des supplications et des actions de grâces.

La prière est une arme puissante et spirituelle que Dieu nous donne, car elle fait intervenir le Seigneur dans nos combats. La prière élève le Nom du Seigneur comme une bannière victorieuse devant l’ennemi. Exode 17.9/15

Voilà les choses nécessaires pour résister, tenir ferme et tout surmonter dans ce combat particulier qui nous concerne tous :

La force de Dieu, que donnent la Parole de Dieu et le Saint-Esprit

Les armes de Dieu, des choses simples à la disposition de chaque enfant de Dieu.

Alors,

Fortifiez-vous dans le Seigneur, et par sa force toute-puissante.

Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.

Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté.

13
sept 2011
Posté dans Non classé par giscard sewaî à 8:55 | Pas de réponses »

Verset mémoire : « Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » — Jean 8:31, 32

Textes choisis : Jean 8:12, 21-36

Les paroles de Jésus, telles qu’elles sont données dans le verset mémoire, étaient dirigées vers les croyants juifs dans l’Eglise primitive. Ils avaient le privilège d’avoir eu une relation spéciale d’alliance avec Dieu, et furent les premiers à être invités à avoir une part dans son royaume futur en tant qu’épouse de Christ.

Cependant cette relation par alliance que les Juifs possédaient était directement proportionnelle à leur foi ou à leur manque de foi. « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples », dit Jésus (Jean 8:31). Demeurer dans la foi, et s’efforcer de connaître et de faire la volonté de Dieu étaient un test pour tous ceux à qui ces paroles étaient adressées, aussi bien qu’à tous les croyants chrétiens au cours de l’Age Evangélique.

Etre un disciple de Christ signifie être baptisé dans la mort de Jésus, ce qui inclut une vie de renoncement et de sacrifice de soi, même jusqu’à la mort. Cette course consacrée, ou invitation au haut-appel en Christ doit aussi être accompagnée d’amour et de dévotion pour notre Seigneur. Beaucoup de Juifs n’acceptèrent pas cette invitation à cause de leur manque de foi, et elle fut ainsi étendue aux croyants païens, quand la période de faveur exclusive pour Israël s’acheva.

Jésus dit que la vérité rend libre, et quand cette lumière de vérité est reçue par des coeurs bons et honnêtes, l’enfant de Dieu est affranchi des erreurs des ténèbres et de la superstition. Il y a une relation entre la vérité et la liberté. Plus nous acceptons la vérité, plus nous expérimentons la liberté, libération de l’esclavage aux croyances et dogmes des hommes.

C’est aussi une libération du péché et de la mort, puisque nous remettons notre vie à Dieu. Ceux qui ont accédé à une relation d’alliance avec le Père Céleste, et lui ont fait entière consécration de leur vie, sont justifiés par la merveilleuse réserve de sa grâce. L’enfant de Dieu porte ensuite la symbolique « robe de justification » à cause de sa foi dans le précieux sang de Jésus. Ses péchés sont couverts aussi longtemps qu’il continue de demeurer dans l’amour et la protection du Père.

Jésus était en totale et complète harmonie avec son Père Céleste. Il faisait toujours ces choses qui étaient « agréables » à Dieu, et il donna sa vie en accomplissant fidèlement son engagement de faire la volonté de Dieu, même dans la mort sur la croix. Jésus leur dit : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous connaîtrez ce que je suis, et que je ne fais rien de moi-même, mais que je parle selon ce que le Père m’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable » (Jean 8:28,29).

Notre Seigneur reçut la force, la compréhension et les conseils du Père Céleste. Il déposa sa vie spontanément en sacrifice pour la famille humaine déchue. Quand il commencera son règne avec son épouse dans le royaume futur, tous viendront pour le connaître, et comprendront le grand sacrifice qu’il fit en faveur de la famille humaine maudite et mourante à cause du péché. Puis, toute l’humanité « parviendra à la connaissance de la vérité » (1 Timothée 2:4).

13
sept 2011
Posté dans Non classé par giscard sewaî à 8:44 | Pas de réponses »

La vérité (du latin vērĭtatem, accusatif de vērĭtas, « vérité », dérivé de verus, « vrai ») est la qualité de ce qui est vrai. C’est la conformité de l’idée avec son objet, conformité de ce que l’on dit ou pense avec ce qui est réel. C’est également un terme à forte connotation juridique, entendu d’un point de vue judiciaire au sens de « ce qui est vrai », à savoir ce dont on peut rapporter la preuve.

La diversité des interprétations du mot a engendré par le passé et jusqu’à maintenant bien des controverses. Les réflexions de penseurs et de philosophes au cours des siècles constituent autant d’écoles différentes.

12
sept 2011
Posté dans Non classé par giscard sewaî à 9:30 | 1 réponse »

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Entre Dieu et moi paroles d... |
Eglise de Maison |
Homélies |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CHORALE "VOIX DES ANGES" D'...
| Le son de la trompette
| Ecole biblique de Désaignes